Forum rpg sur le Royal Mail Steamer.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
LE FORUM SUBIT UNE TRES LONGUE PAUSE, LE TEMPS QUE LA NOUVELLE EQUIPE DU FORUM REMETTE EN PLACE DES INTRIGUES, ET QU'ELLE FASSE LE MENAGE... ATTENDEZ VOUS A DE GROSSES SURPRISES !
nouveau design, première tâche d'installée, et surtout un recensement en cours... venez consulter les nouveautés du mois (pluvieux) de juillet ! 
n'hésitez pas à nous rejoindre sur la chatbox, les amis. jouez pas aux timides !
privilégiez les hommes et évitez de tous aller en 1ère classe, s'il vous plait. on rentre dans une surpopulation de riches.
privilégiez les officiers et les troisièmes classes ♥

Partagez | 
 

 JOHN ✥ I'm through with playing by the rules of someone else's game.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 29
Ҩ CRÉDIT : nyn
Ҩ MOOD : aventurière
Ҩ ÂGE DU PERSO : 35 ans
Ҩ MÉTIER : homme d'affaires, inventeur, écrivain et militaire américain.
Ҩ CABINE : D05


MessageSujet: JOHN ✥ I'm through with playing by the rules of someone else's game.    Sam 25 Juin - 15:35

« Don't tell me not to live, Just sit and putter, Life's candy and the sun's A ball of butter. Don't bring around a cloud To rain on my parade! »

JOHN ASTOR IV
Ҩ NOM DU PASSAGER : John Harry Astor;
Ҩ LIEU DE DÉPART : Southampton;
Ҩ ÂGE : 35 ans;
Ҩ ORIGINAIRE D' : Amérique.
Ҩ CLASSE : 1re [x] 2e [] 3e [] équipage [] clandestins []
Ҩ Nº DE CABINE : réponse;
votre caractère ;
John n'est pas homme à se morfondre des heures durant, de cette manière qu'ont les artistes de flageller leur existence pour mieux trouver l'inspiration. Il préfère boire, boire jusqu'à plus soif lorsqu'au petit matin, il se réveille, oublieux de ce qu'il a pu dire, faire, la nuit précédente. Il aime faire la fête, il aime l'alcool, les femmes, il aime les excès que lui apportent sa vie de milliardaire. Mais, sous ses apparences évaporées et insouciantes se cache un homme d'affaire impitoyable qui ne recule devant rien pour obtenir ce qu'il désire. L'argent est l'une de ses passions, au même titre que l'écriture ou la patrie. Car monsieur est un patriote, engagé dans l'armée très jeune et qui en est ressorti avec bien des grades qu'il arbore encore fièrement dans les grandes occasions. Orgueilleux, vaniteux, têtu, il reste persuadé d'être le seul à détenir la vérité et c'est pour cela que les ragots et les ouï-dire l'importe peu. Il est indépendant, sa morale est libertine, ce qui ne l'empêche nullement d'être un grand romantique : Madeleine, sa femme, ce joli bijou français qu'il a ramené directement du pays de l'amour qu'il couve jalousement et voudrait protéger à tout prix. Au même titre, c'est un joueur et un maître dans l'art de la provocation, il aime qu'on soit outré, il aime voir ces dames rougirent, ces messieurs s'offenser, bouleverser les mœurs de ces bonnes gens, voilà ce qui fait jouir son esprit manipulateur. Il se moque sans vergogne de l'étiquette bourgeoise et parvenue, il est en haut de l'échelle, à la dernière marche du grand escalier de la société.


votre physique ;
John n'est pas dans l'exubérance vestimentaire, et il préfère de loin le confort d'une simple chemise à l'opulence d'un costume complet. Il ne veut pas qu'on juge de lui uniquement de par sa fortune, il est bien plus qu'un homme à la bourse bien remplie. Ses couleurs de prédilection restent donc très spartiates, d'un coquet bleu de Prusse au plus stricte des gris. Son seul caprice reste la montre à gousset qu'il porte dans sa poche droite et sur laquelle sont gravées ses initiales.
Physiquement, on peut dire de lui qu'il est séduisant, la nature l'a ainsi pourvu d'un regard bleu de glace, et de traits fins et réguliers sur lesquels s'affiche une moue moqueuse en toute occasion. Il a des cheveux châtains très clairs - qui virent presque au blond - et un crâne qui, sous le poids du temps, commence à se dégarnir. Sa bouche est bien dessinée, gourmande, malicieuse, et un fin duvet recouvre sa mâchoire. Son corps est grand et élancé, il est très musclé et peut se targuer d'une trop grande pilosité sur le torse, bien qu'il n'y prête guère attention.


sightless mind
derrière l'écran ;
Ҩ PRÉNOM : Cécile;
Ҩ ÂGE : 17 ans;
Ҩ CHANSON DU MOMENT : defying gravity ;
Ҩ AVATAR : Jude SUPERMEGAFOXYAWESOME Law ;
Ҩ CRÉDITS DE LA BANN' : effingluck@tumblr;
Ҩ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM? : je le connaissais un peu d'avant sa fermeture, et à présent me voilà ;
Ҩ UNE CASS-DÉDI? : Bon bah, dédicace à Alexia qui gère sa mémé en string I love you ;


Dernière édition par John H. Astor IV le Sam 25 Juin - 17:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 29
Ҩ CRÉDIT : nyn
Ҩ MOOD : aventurière
Ҩ ÂGE DU PERSO : 35 ans
Ҩ MÉTIER : homme d'affaires, inventeur, écrivain et militaire américain.
Ҩ CABINE : D05


MessageSujet: Re: JOHN ✥ I'm through with playing by the rules of someone else's game.    Sam 25 Juin - 15:37

votre histoire ;


Monsieur. Votre père est mort. Vous savez ce que cela signifie ?
Non, vous me le direz vous même ...
Cela signifie que son décès fait de vous l'homme le plus riche des États-Unis .
Est-ce cruel de se sentir heureux de la mort de son propre père ? Heureux n'est pas le mot juste ... indifférent. Indifférent de cet homme qui n'avait pas daigné l'élever. Heureux d'à présent hériter de plusieurs milliards de dollars. Une sorte de victoire, en somme, le juste paiement de l'enfant ignoré qu'il avait été. Peut-être. De rien du tout, il venait, en quelques secondes, de devenir puissant. Puissant, un mot qui sonnait bien, un mot qui sonnait juste. Il aimait ce mot, il lui allait bien. Il n'était plus seulement un sombre petit écrivain à l'esprit farfelu et dont les yeux voyaient plus loin que le passé, plus loin que le présent, plus loin que le ciel et plus loin que les étoiles. Dans ses pupilles, résonnaient les murmures tendres des astres bienveillants. Et dans celles de son interlocuteur, il lisait la peur et le respect que seul l'argent donne aux gens importants. Sourire arboré sur ses lèvres carmins, il congédia le conseiller en finance de son défunt père et se tourna vers le salon gigantesque du paternel, embrassant du regard ce qui était désormais sien. L'étrange sensation de tout pouvoir réaliser s'emparait de lui, et il lui fallut un mal fou pour résister à l'appel prenant du jeu et de la spéculation. Non, il n'était pas là pour dépenser l'or que sa famille avait mis des générations à amasser, son devoir était de le faire prospérer.
Sa femme, Ava, prostrée dans un silence fade et sans éclat, lui adressa un petit sourire derrière le rideau de son insipidité. Il lui répondit d'un regard flamboyant de dégoût et de mépris. Il la détestait, cette petite bourgeoise ridicule aux manières bien huilées. Chaque cellule, chaque atome de son corps, se tendait vers elle pour crier leur désamour. Tss. Une mésalliance, comme tant d'autres, il l'avait épousée par intérêt, soucieux de son confort personnel, et voilà que la brune prosaïque se retrouvait un fardeau, boulet immanquablement attaché à ses chevilles dans sa recherche du bonheur. Qu'importaient les ragots, à la première heure, demain, il demanderait le divorce et lui donnerait quelque compensation financière pour lui avoir donné deux enfants.
Cela ne devait tarder, John, votre père était très malade.
Piquant et froid, il répondit .
Certes. Cependant, il ne me semble pas vous avoir demandé votre avis.
Outrée, elle ouvrit les yeux pour protester, mais abandonna, lasse et triste. Elle n'avait jamais vaincu la glaciale attitude de son mari et n'avait pu gagner son affection, malgré mille artifices et mots d'amour, un million de caresses qui n'avaient eu plus d'effet que le bruit du vol du papillon. Quoi qu'elle dise, elle se trouvait face à un mur.
Je ne suis pas une domestique, John. Vous devriez prendre en compte mon rang et notre mariage avant d'employer un ton si offensant.
Elle n'eut pour seule réponse qu'un ricanement, et il sortit de la pièce sans se retourner et sans faire grand cas de celle qui lui avait, malgré tout, donné deux enfants. Maudissant les mariages arrangés. Il était jeune, lorsqu'il avait accepté leur union, il regrettait de s'être laissé embarquer dans un mariage sans saveur qui le rendait bien plus malheureux qu'autre chose. Avant de quitter définitivement le salon, il marmonna :
Plus pour longtemps ...
Ce qui ne l'empêcha pas, il va sans dire, de la rejoindre à la nuit tombée dans leur lit froid qu'ils ne partageaient plus désormais qu'une heure ou deux, par jour, pour satisfaire l'appétit sexuel de monsieur. Ava restait une femme, et une très belle femme.
★ ★ ★

Elle tira une bouffée de sa longue cigarette, avec nonchalance et grâce, puis souffla doucement sur le visage d'Allan qui toussota mais ne put se résoudre à détacher les yeux du visage d'ange qui lui faisait face. Une petite brune aux grands yeux bleus et aux lèvres rosées du champagne qu'elle venait de boire. Madeleine était pourvue de ce petit accent français qui ne faisait qu'augmenter en charme la tournure exquise de ses phrases. Parfois, le regard dans le vague et les sourcils adorablement froncés, elle cherchait ses mots et John la taquinait gentiment.
Vous n'avez donc jamais voyagé ? s'étonna t-il .
Elle rit de l'expression de son visage, comme si elle venait de proférer la pire des énormités.
Paris me suffit amplement. C'est une magnifique ville dans laquelle chaque rue est un nouveau coup de foudre. Jamais je ne me .... lasserais ? de la tour Eiffel et du Louvre. C'est une source d'inspiration au quotidien.
Moqueur, il répondit :
J'avais oublié à quel point les français étaient vaniteux, concernant leur culture. Si vous voulez mon avis, si chaque œuvre d'art devait être rassemblée dans un musée unique, alors vous en seriez la pièce maîtresse.
Madeleine tira la langue en lui faisant un clin d'œil qui dessina de petites rides à la lisière de ses paupières :
Vil flatteur !
Adorable tentatrice !
Ils éclatèrent tous deux de rire et reprirent un cocktail. Sirotant silencieusement son whisky, John fut pris d'une soudaine inspiration et attrapa la main de la jeune femme pour caresser tendrement sa paume.
Tu m'épouserais ? Si je divorçais de ma femme ?
Elle prit une longue inspiration puis plongea ses yeux dans ceux de l'homme qui lui faisait face, pour déclarer solennellement :
Oui.
Et John sut alors qu'il ferait tout et n'importe quoi pour figer à jamais son magnifique sourire sur son visage adoré. Et, le lendemain, au grand dam de toute la haute société, il demandait le divorce à la pauvre Ava qui avait eu à souffrir de biens des exigences de son mari mais qui ne s'était jamais attendue à de telles extrémités. Le divorce ? Vraiment ? Avait-elle été une si mauvaise épouse ? Une si mauvaise mère ? Elle plaida en sa faveur, le supplia de rester, s'agenouilla presque pour l'implorer de ne pas la laisser seule mais rien n'y fit. Le lendemain, elle faisait ses bagages et quittait l'hotel particulier des Astor pour s'établir dans un petit appartement du seizième, en attendant de rentrer aux États-Unis. Trois mois plus tard, John se remariait à la ravissante Madeleine, de onze ans sa benjamine.



Dernière édition par John H. Astor IV le Dim 26 Juin - 18:15, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Le cœur d’une femme est un océan de secrets. ❞
Ҩ MOUETTES : 410
Ҩ CRÉDIT : gyspy love.
Ҩ MOOD : inquiète.
Ҩ ÂGE DU PERSO : 27 ans.
Ҩ MÉTIER : prostituée.
Ҩ CABINE : C102.


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : seule.
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: la retrouver.

MessageSujet: Re: JOHN ✥ I'm through with playing by the rules of someone else's game.    Sam 25 Juin - 15:39

Bienvenue parmi nous
j'espère que tu t'amusera bien sur RMS I love you

Bien entendu, on a mis quel age sur le PV? XDDD


« Everyone has an Angel. A Guardian who watches over us. We can’t know what form they’ll take. One day, Old man, Next day, Little girl. But don’t let appearances fool you, They can be as fierce as any dragon”. Yet they’re not here to fight our battles. But to whisper from our hearts. Reminding that it’s us. Its everyone of us who holds power over the world we create. You can deny angels exist, Convince ourselves they can’t be real. But they show up anyway, at strange places and at strange times. They can speak through any character we can imagine. They’ll shout through demons if they have to. Daring us, challenging us to fight. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rmstitanic.forumgratuit.org
avatar

❝ Un jour l'oiseau en cage rêvera des nuages ❞
Ҩ MOUETTES : 478
Ҩ CRÉDIT : cripsow et constance *w*
Ҩ MOOD : grumpf
Ҩ ÂGE DU PERSO : 22 ans
Ҩ MÉTIER : Danseuse.
Ҩ CABINE : changeante.


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : libre comme le vent.
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: échapper à l'armée Russe, recherchée pour assasinat du frère du Tsar.

MessageSujet: Re: JOHN ✥ I'm through with playing by the rules of someone else's game.    Sam 25 Juin - 15:40

LAW couci Céciiiiiiiile contente de te voir ici rff
Bienvenue sur RMS
Nous avons un peu rajeunit les vrais personnages du Titanic pour les rendre plus jouables, mais oui tu peux changer son âge comme tu veux I love you vu que 26 ans en effet, ça doit être une faute de frappe en fait


    Miss Pendragon
    May the angels protect you, trouble neglect you, and heaven accept you when its time to go home. May you always have plenty, the glass never empty. Know in your belly, you're never alone... May your tears come from laughing, you find friends worth having. With every year passing they mean more than gold, may you win but stay humble. And know when you stumble: you're never alone...