Forum rpg sur le Royal Mail Steamer.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
LE FORUM SUBIT UNE TRES LONGUE PAUSE, LE TEMPS QUE LA NOUVELLE EQUIPE DU FORUM REMETTE EN PLACE DES INTRIGUES, ET QU'ELLE FASSE LE MENAGE... ATTENDEZ VOUS A DE GROSSES SURPRISES !
nouveau design, première tâche d'installée, et surtout un recensement en cours... venez consulter les nouveautés du mois (pluvieux) de juillet ! 
n'hésitez pas à nous rejoindre sur la chatbox, les amis. jouez pas aux timides !
privilégiez les hommes et évitez de tous aller en 1ère classe, s'il vous plait. on rentre dans une surpopulation de riches.
privilégiez les officiers et les troisièmes classes ♥

Partagez | 
 

 JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Mer 29 Juin - 9:52

« Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme. »

JUDITH&LEWIS
**


J'étais assis à même le parquet de bois, au coin du second pont, là où je ne risquais pas de croiser quelque bourgeois accoutrée comme s'ils étaient invités au mariage de la famille royale d'Angleterre. Ils ne devaient pas avoir saisi que le Titanic était une liaison entre l'Europe et les Etats-Unis et que le plus important était la découverte qui nous attendait au bout de ce long voyage. Alors que ces pensées faisaient le tour dans ma tête, j'étais en train de dessiner au hasard sur une feuille à dessin. J'avais installé ma chemise sur les genoux, celle où je conservais mes dessins inachevés ou ceux que je considérais comme fétiches, et je dessinais la mer, avec le pont d'embarcation, comme si j'étais debout là, à contempler l'horizon et son soleil couchant. Quelques coups de crayons rapides et le bout du pont était terminé. Les vagues et la mer, libres, naissait au bout de ma mine sans que j'aie à réfléchir. Une fois les gros traits terminés, j'étalais le crayon carbone à l'aide du bout de mon index pour approfondir l'intensité de la scène. Le dessin semblait magique et représentait la liberté, c'était certain.

Je soupirais et restais un instant à analyser mon travail. Parfois, je posais une mine précise sur le papier pour améliorer un détail, rien n'était laissé au hasard. J'étais méticuleux, si bien que parfois, je pouvais trop en faire. Je n'étais pas satisfait de mon dessin et je haussais les épaules en passant une main dans mes cheveux, déjà désordonnés et emmêlés. Cette création plairait à Joséphine, je le garderais précieusement et lui donnerais lorsque je reviendrais en Irlande. Je ne savais pas combien de temps s'écoulerait entre ce jour-là et celui où je serrerais ma petite sœur dans ses bras mais elle me manquait déjà. Je pliais mes jambes et m'assis en tailleur en fixant l'horizon alors que mon dessin traînait sur la chemise ouverte, de biais par rapport aux autres créations qui étaient soigneusement rangées à l'intérieur. Je posais mon coude droit sur le genou de ce même côté, et me mis à rêver de liberté, dans cette immensité qu'offrait l'horizon qui semblait me narguer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Mer 29 Juin - 14:47



« Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin... »


Le soleil se couchait peu à peu et le Titanic était maintenant éclairé par une lumière orangée, qui mettait en la valeur toute la superbe du paquebot. Judith était sortie se promener sur le pont de seconde classe, là où elle avait l'habitude de se rendre le matin et les fins d'après midi. Cette fin d'après midi, Judith se promenait donc, toujours munie de son carnet de croquis à la main. Elle ne s'en séparait jamais, jamais. Si elle venait à le perdre un jour, elle serait probablement totalement perdue et très triste car il représentait beaucoup de choses pour elle : sa famille, sa solitude vaincue, ses moments de joie comme de souffrance. Marchant le long du pont en zieutant au passage le soleil au loin qui rendait ses dernières lueurs, Judith aperçut non loin d'elle un jeune homme, assit par terre. Il ne semblait pas pauvre, et à le voir assit comme cela par terre, c'était à se demander ce que ce jeune homme pouvait bien faire à même le sol à cette heure là. Judith eut bientôt la réponse à la question qui trottait dans son esprit.

Elle s'avança, en regardant d'abord le sol puis en admirant timidement le jeune homme qui semblait tout de même un peu plus âgé qu'elle. Elle ne comprenait même pas ce qu'elle était en train de faire : aborder un parfait inconnu, ça ne lui ressemblait tellement pas. A vrai dire, elle attendait bien souvent qu'on vienne l'aborder, et non l'inverse. Mais de toute façon, le jeune homme ne semblait pas l'avoir vue. Judith était curieuse, elle voulait absolument savoir ce que pouvait bien faire ce jeune homme par terre... Judith s'avança encore de quelques pas, puis s'essaya à côté de lui, en souriant. Le jeune homme sembla fortement surprit. Il faut dire que l'entrée en matière de Judith avait de quoi surprendre... Et si maintenant elle lui parlait ? Oui, c'était bien beau de venir le voir de la sorte, il fallait aussi lui montrer qu'elle ne venait pas lui demander de l'argent, ou autre... Tout ce qu'elle allait réussir à faire, en ne disant rien, c'est à l'effrayer.

    « Bonjour ! Je m'appelle Judith, je vous ai longuement observé de là bas et ... »


Judith fut surprise. Elle ne l'avait pas remarqué en arrivant, mais le jeune homme était en train de dessiner. Le dessin était l'une des grandes passions de Judith, comme pouvait en témoigner le carnet qu'elle gardait toujours avec elle... Un crayon à la main, le jeune homme dont le nom lui était encore inconnu venait de réaliser un superbe dessin. On distinguait nettement les vagues, la mer... C'était époustouflant, il avait beaucoup de talent, Judith pouvait le confirmer. Tant de précision, rien n'était laissé au hasard. Judith était totalement émerveillée par le dessin qu'elle venait de découvrir...

    « Vous dessinez ! C'est vraiment magnifique ! Je dessine moi aussi... Je ne vous connais pas encore, mais cela nous fait un point en commun »


A ces mots, Judith souriait tout en étant consciente que ses paroles pouvaient sembler quelque peu étranges... Parler de "point commun" avec un parfait inconnu, un jeune homme dont elle ne connaissait même pas encore le nom, cela avait de quoi rendre indécis. Judith se rendait bien compte que sa présence n'était pas pour enchanter le jeune homme. Elle priait maintenant pour qu'il ne la rejette pas, du moins pas trop violemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Mer 29 Juin - 15:26

Je restais là, pensif, tournant une nouvelle fois dans ma tête les regrets qui hantaient mon quotidien. Je ne trouvais aucun sens à ma vie, mis à part peut-être lorsque je dessinais. Mes dessins représentaient mes désirs, ma vision du monde. À chaque fois, un symbole de liberté y était représenté. Quand j'avais un crayon dans les mains ou encore que mes doigts étaient tous gris après avoir tenté toutes sortes d'effets, je me sentais moi-même. Le séducteur sans cœur était loin, celui que je détestais. Je me détestais mais avais trop peur de changer. Je ne savais pas où j'allais et préférais m'enfermer dans cette image. Mes photographies m'aidaient à modifier la réalité. En effet, chaque prise de vue était réfléchie, maitrisée. Le moindre angle était choisi dans tel ou tel but. Finalement, si j'étais si droit et méticuleux dans mon art, c'était parce que contrairement à ma vie, je pouvais le maîtriser. J'avais cette sensation horrible d'être spectateur de ma vie, sensation désagréable qui me fit soupirer et poser le dessin que j'étais en train de réaliser.

J'avais pris ma tête entre mes mains, celle-ci penchée, fixant au hasard le plancher du pont. Je soupirais, retournant mille questions dans la tête. Que pouvait être en train de faire Joséphine? Allait-elle bien? Bien qu'elle ait dix-huit ans à présent, j'avais du mal à me dire qu'elle était une jeune femme et n'avait plus besoin de son grand frère, comme avant. Même ma petite Josie était en train de me filer entre les doigts. Les femmes m'aimaient pour un soir et je devenais le piètre homme de leur existence le lendemain. Mon parrain semblait m'adorer mais je soupçonnais son âge avancé de l'avoir rendu gâteux à mon égard. Mes parents avaient toujours été plus absents que présents dans ma vie et j'avais passé mon adolescence à piquer les petites amies de mon meilleur ami qui était, du coup, devenu mon pire ennemi. Pour faire un bilan constructif, ma vie rimait parfaitement avec solitude.

Je sortis de mes pensées et relevais la tête en sentant une présence. Je levais un sourcil, indécis, alors qu'une jeune fille - pas plus vieille que Joséphine, s'asseyait à mes côtés. Je pensais d'abord qu'elle m'avait pris pour quelqu'un d'autre mais lorsqu'elle me sourit, je cherchais rapidement dans ma tête qui elle était. J'espérais ne pas avoir couché avec elle la vieille alors que mon dernier souvenir clair était d'avoir vomi par dessus bord, ayant pu un verre de trop. Il me semblait être revenu à ma cabine pourtant. Je passais une main dans mes cheveux et lui rendis son sourire bien que léger, restant silencieux, alors qu'elle prit enfin la parole. « Bonjour ! Je m'appelle Judith, je vous ai longuement observé de là bas et ... » Je fus soulagé d'abord. Elle se présentait, ainsi j'en déduisais que je ne l'avais jamais rencontré ce qui eut le don de me rassurer.

Cependant, je fronçais les sourcils lorsque je la vis baisser les yeux, intéressée, vers mon dessin. Rapidement, je repliais mes affaires et fermais la grande chemise que je déplaçais sur ma gauche, à son opposé. Je ne voulais pas qu'on pénètre de cette façon dans mon échappatoire. Même Joséphine n'avait pas tout vu de mes créations, certaines que je jugeais peut-être trop érotiques mais certainement parce qu'elles révélaient des secrets, ma vraie personnalité. « Vous dessinez ! C'est vraiment magnifique ! Je dessine moi aussi... Je ne vous connais pas encore, mais cela nous fait un point en commun » Je fronçais les sourcils à sa remarque avant de la dévisager et de lâcher un rictus nerveux. Je posais ma tête contre le bois qui se trouvait derrière moi et relevais un genou pour poser mon bras dessus, ma main pendant dans le vide alors que j'allongeais mon autre jambe de tout son long. Je soupirais, restant nonchalant, et me frottais les mains pour effacer les traces de charbon dues au crayon.

    « Sans vouloir vous offensez... Judith, c'est ça? Je peux savoir en quoi cela est enrichissant de se trouver un point commun avec un inconnu?»


Je reportais mon attention sur le pont, face à moi, tout en scrutant ma compagnie du coin de l’œil. Je n'avais pas voulu lui faire de peine, mais c'était bien ma veine. Je ne savais pas être gentil, juste gentil. Il fallait toujours que j'en fasse trop ou que je me braque pour que jamais personne ne sache qui j'étais vraiment. Je tournais à nouveau le visage vers elle avant d'ouvrir à nouveau ma pochette et d'en tirer le dessin sur lequel elle m'avait complimenté. Reprenant comme si j'étais seul, j'ajoutais un aigle devant le soleil, volant librement à l'air du vent. Je la regardais du coin de l’œil après avoir terminé, et finis par lui sourire.

    « Il est heureux lui, regarde. Je lui souris à nouveau, restant pensif, avant d'ajouter. Désolé, moi c'est Lewis... le capitaine, c'est mon parrain. Je gribouille quelques trucs, pour passer le temps... tant mieux si tu trouves ça joli... Hmm... Merci. Pardon, tu... ressembles un peu... enfin bref, désolé... je peux te tutoyer? » demandai-je maladroit.


Je m'étais rendu compte que j'avais utilisé le tutoiement qui était loin des bonnes manières admises à bord du bateau. Mais l'ayant observé, j'avais pu juger qu'elle n'appartenait pas à la première classe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Mer 29 Juin - 17:36

Judith regrettait presque d'être venue aborder cet inconnu. C'est vrai, qu'est ce qu'il lui avait bien prit encore pour venir discuter avec un jeune homme qui, de toute évidence, ne s'attendait pas à ce qu'on l'aborder et qui, sans doute, aurait préféré rester tranquille. Judith n'était de plus pas de celles qui viennent parler pour sympathiser. Elle n'était de toute façon pas là pour se faire des amis... Si elle s'en faisait, c'était bien. Si elle ne s'en faisait pas, tant pis. Judith lisait dans les yeux du jeune homme que sa présence n'était pas pour lui plaire. Lorsque Judith avait décliné son identité, ou plutôt son nom car pour le moment il ne savait pas grand chose d'elle, elle perçut un léger soulagement chez le jeune homme. Peut être avait-il cru en la voyant arriver qu'elle venait lui demander des comptes ou bien qu'elle le connaissait, et qu'en constatant que non il en était soulagé. C'est lorsque Judith évoqua le dessin du jeune homme que son attitude changea brusquement. Si au début elle pouvait apercevoir un sourire en coin, il n'en était plus de même après. Il soupira. Ce n'était pas bon signe. Elle le voyait venir de loin, et redoutait qu'il lui demande de bien vouloir le laisser en paix... Il rangea d'ailleurs son dessin. C'était sa faute, aussi, elle n'avait pas à venir le voir. Le jeune homme soupira donc, tout en changeant de posture. Il se redressa, et effaçait les traces qu'avait laissé son crayon sur ses mains. « Sans vouloir vous offenser... Judith, c'est ça? Je peux savoir en quoi cela est enrichissant de se trouver un point commun avec un inconnu?, lui demanda-t-il. » Judith s'attendait un peu à ce type de réaction. Elle ne répondit pas, et baissa la tête. Elle ne pouvait cacher une mine triste. Elle était triste car elle pensait avoir trouvé quelqu'un à qui parler de ses dessins, du bien que lui apportait le fait de dessiner, mais de toute évidence le jeune homme ne voulait rien avoir à faire avec elle.

Puis il changea à nouveau d'expression. Là, il sortit le dessin que Judith avait trouvé si beau et qu'il venait de ranger, pour y ajouter un aigle. C'était si précis. Judith admirait la façon dont il avait tracé les traits de l'aigle. Il la regarda, du coin de l'œil, et lui adressa contre toute attente un sourire. « Il est heureux lui, regarde, lui dit-il. Désolé, moi c'est Lewis... le capitaine, c'est mon parrain. Je gribouille quelques trucs, pour passer le temps... tant mieux si tu trouves ça joli... Hmm... Merci. Pardon, tu... ressembles un peu... enfin bref, désolé... je peux te tutoyer? » A ces mots, Judith ne pu s'empêcher de rire. Il l'avait tutoyé à plusieurs reprises, et ce n'était que maintenant qu'il se demandait si il pouvait le faire. C'était contradictoire, et Judith aimait sa façon de se reprendre après l'avoir rejetée. Elle ne le connaissait pas encore, mais elle avait déjà une profonde estime pour lui. Judith avait remarqué qu'il n'avait pas terminé sa phrase. Judith lui rappelait-elle quelqu'un qu'il connaissait ? Pour le moment, elle ne pouvait le lui demander car elle s'était déjà montrée bien trop indiscrète. Au moins désormais elle connaissait son nom. Et avait également apprit qu'il avait un parrain de renom, qui n'était autre que le capitaine du Titanic. Quoi qu'il en soit, pour quelqu'un qui gribouillait pour passer le temps, ses dessins étaient d'un professionnalisme rare.

    « Enchantée Lewis. Tu peux me tutoyer, évidemment. Ton dessin est vraiment beau. Laisse-moi te dire que tu as beaucoup de talent. »


Judith lui adressa un sourire sincère. Elle rêvait d'en apprendre d'avantage sur ce jeune homme qu'elle ne connaissait pas il y a moins d'une heure. Que faisait-il dans la vie ? Quelles étaient ses passions ? C'était des questions qu'elle n'osait pour le moment pas lui poser, mais qui tôt ou tard finiraient bien par faire irruption dans la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Jeu 30 Juin - 9:57

En présence inconnue, j'avais cette fâcheuse tendance à me méfier, rester sur mes gardes et du coup, me montrer froid et pas vraiment sympathique. Si Joséphine avait été là, il est certain qu'elle m'aurait donné une bourrade dans les côtés suivi de gros yeux de reproches. Il était clair que Judith n'avait pas de mauvais fond. Cette jeune fille s'intéressait simplement à mes dessins, aucun mal à cela. Alors que je m'étais remis à dessiner, je l'observais discrètement, comme j'avais l'habitude de faire pour toutes rencontres. Je la voyais porter une analyse sur ma réalisation, comme si chaque trait que j'apportais pour créer cet aigle l'émerveillait. Je réfléchissais en même temps à l'aborder à nouveau, pour me rattraper de mon air froid et hautain qui avait été la première image qu'elle avait eu de moi. Et ma maladresse reprit le dessus, cette maladresse qui me caractérisait seulement dans un environnement où j'aurais du être sociable. Maladresse qui n'existait plus dans tous les domaines que je pouvais maîtriser: le dessin, la photographie, ma séduction envers les femmes. Tout ce qui pouvait être contrôlé par ma personne me rassurait.

    « Enchantée Lewis. Tu peux me tutoyer, évidemment. Ton dessin est vraiment beau. Laisse-moi te dire que tu as beaucoup de talent. »


Je lui rendis son sourire sincère en tournant mon regard vers elle. Je voulais être gentil avec elle même si je n'étais pas vraiment à l'aise. Je n'avais pas aimé qu'elle trouble mon moment de solitude mais puisqu'elle était là, je voulais m'efforcer à être quelqu'un de bien. Au point où en était déjà ma réputation sur le bateau, Judith ne tarderait pas à l'apprendre et ne m'adresserait certainement plus la parole.

    « C'est gentil. Je ne sais pas. Je n'ai jamais réussi à vendre mes dessins. Tu t'y connais vraiment? Moi, je considère que je gribouille, seulement... »


Je riais doucement en secouant la tête avant de reporter mon attention sur Judith. Soudain, j'eus une idée qui j'espérais lui ferait plaisir. Je lui tendis mon dessin qu'elle venait de complimenter - ou peut-être était-ce à moi que l'éloge avait été faite - et lui fit un sourire sincère, gentil et en aucun cas semblable à celui que je faisais aux dames que je voulais attirer dans mon lit.

    « Tiens, c'est pour toi. Tu pourras le montrer aux Etats-Unis et faire rêver tous ceux qui n'auraient pas été à bord du Titanic. La vue est splendide. J'en referais un autre pour... enfin, pour moi. »


J'étais content de la voir sourire et je n'arrivais à dire pour quelle raison. Peut-être était-ce parce que sa ressemblance troublante avec Joséphine me désarçonnait légèrement. Je portais mon regard sur ma pochette à dessins et découvris que le premier était un portrait de Joséphine, allongée au milieu d'une clairière en fleurs. Je regardais brièvement Judith avant de tenter de cacher le dessin mais sa curiosité devait déjà être piquée au vif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Jeu 30 Juin - 10:53

Finalement, Judith avait peut être bien fait de venir aborder ce jeune homme. Si au premier abord il pouvait sembler froid, il ne l'était en fin de compte pas du tout. Mieux, il s'avérait être sympathique et souriant. Judith appréciait les personnes souriantes. C'était pour elle synonyme de joie de vivre, de gaité. Judith aussi souriait beaucoup, mais contrairement à ceux qui souriaient par bonheur, elle pouvait aussi sourire pour cacher ses véritables sentiments, pour ainsi laisser penser que tout allait bien. Lewis souriait à Judith, mais semblait tout de même quelque peu mal à l'aise. Judith ne pouvait pas le lui reprocher, c'était tout de même elle qui était venue le voir, sans raison apparente au départ. Mais maintenant qu'elle était assise à côté de lui, elle ne regrettait plus rien. Cela lui avait permit de rencontrer quelqu'un de franchement sympathique, avec talent certain pour les dessins. « C'est gentil. Je ne sais pas, lui dit-il. Je n'ai jamais réussi à vendre mes dessins. Tu t'y connais vraiment? Moi, je considère que je gribouille, seulement... » En disant cela, Lewis riait tout en secouant la tête.

Puis, comme s'il avait eut une idée, il se tourna vers Judith en souriant. Là, il lui tendit le fameux dessin qu'elle trouvait si beau et tellement réussi, avec au passage un petit sourire enjôleur. « Tiens, c'est pour toi. Tu pourras le montrer aux Etats-Unis et faire rêver tous ceux qui n'auraient pas été à bord du Titanic. La vue est splendide. J'en referais un autre pour... enfin, pour moi. » Judith n'en revenait pas. Lewis venait de lui offrir le dessin sur lequel elle s'était extasiée tout à l'heure... Il était très généreux, finalement. Comme quoi, il faut se méfier des apparences, les gens ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être. Si Judith en était restée à la première impression qu'elle eut de lui, elle le verrait avant tout comme un jeune homme distant, froid, peu aimable. Mais en apprenant progressivement à le connaitre, elle avait totalement changé d'avis à son sujet. C'était un changement radical, tout comme l'attitude de Lewis qui avait brutalement changé depuis tout à l'heure. Judith se devait de le remercier, après tout ce n'était pas un geste anodin. Il avait sans doute passé beaucoup de temps à faire ce dessin, pour finalement le lui offrir.

    « Merci beaucoup ! Je vais le conserver très précieusement et promis, je le ferai connaitre à ton nom aux États Unis. Si tu veux mon avis, les Américains adoreront ta façon de dessiner... »


Lewis souriait. Il était sans doute heureux d'avoir fait plaisir à Judith. Il était probablement satisfait de son geste, et il avait bien raison. Puis, Lewis porta son regard sur sa pochette de dessins. Le premier dessin était un portrait de jeune femme. Judith ne pouvait pas ne pas l'avoir remarqué, et désormais il attirait toute son attention. Lewis tentait tant bien que mal de cacher ce dessin, mais il avait bien vu que Judith l'avait remarqué. Comme à son habitude, elle allait le questionner là-dessus. C'était Judith. Sa curiosité était connue de tous, et si elle voyait un dessin représentant une jeune femme qu'elle ne connaissait pas, il lui fallait demander de qui il s'agissait. En l'occurrence elle ne connaissait pas cette jeune femme. C'était sans doute une personne qui comptait beaucoup pour Lewis, pour qu'il l'ai dessinée. Judith souhaitait en savoir plus que la vie de Lewis, et tenta alors le tout pour le tout.

    « Oh, un autre de tes dessins. Il est très beau. Et cette jeune femme que tu as dessinée, elle doit sans doute beaucoup compter pour toi, à en voir le soin que tu apporté au dessin... Je me trompe ? »


Judith se rendait bien compte qu'elle devenait vraiment indiscrète. Mais comment pouvait-elle apprendre des choses sur la vie de Lewis sans les lui demander ? Ce dessin était très beau, et en tant qu'artiste elle voulait savoir quelle était la source d'inspiration de Lewis. Elle pensait que la jeune femme que Lewis avait représenté était une source d'inspiration pour ses autres dessins, mais peut être se trompait-elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Jeu 30 Juin - 11:17

Je ne savais pas vraiment pourquoi est-ce que j'étais gentil avec Judith. Je ne la connaissais pas mais elle avait su m'aborder exactement comme il le fallait pour que je me radoucisse. Le dessin était vraiment une échappatoire et le fait qu'on discute de cela faisait peut-être que je laissais mes blessures de côté et me sentais plus léger. La jeune fille semblait innocente, douce et ne m'inspirait pas mauvais sentiment. J'avais le nez pour cerner les gens et je devais avouer que la présence de la demoiselle ne me gênait plus. Joséphine me manquait beaucoup et je retrouvais en la jeune presque inconnue le caractère tout craché de ma sœur. C'était peut-être pour cette raison que je lui fis comme présent mon dessin fraîchement conçu. Je ne cachais pas mon contentement lorsqu'elle me parut enchantée par mon geste que je considérais comme simple et sans grande valeur.

    « Merci beaucoup ! Je vais le conserver très précieusement et promis, je le ferai connaitre à ton nom aux États Unis. Si tu veux mon avis, les Américains adoreront ta façon de dessiner... »


Je secouais la tête en souriant largement, les yeux légèrement plissés à cause des nuages où la lueur du soleil couchant, bien que faible en fin de journée, se reflétait contre le bois lisse et parfaitement ciré du bateau. Je me tournais un instant vers elle, reprenant mon crayon en main et je gribouillais les lettres "L. H." en bas à droite du dessin en plaisantant:

    « Alors je le signe! C'est la première fois que je marque un dessin de quelconque signe d'identité. En fait, je fais juste du dessin comme ça, pour passer le temps, quand je n'ai pas mon appareil photo avec moi. Je ne cherche pas la gloire, juste à créer, avoir mon propre style d'art... »


Cependant, quand je lui parlais, je remarquais que son attention se portait sur un tout autre dessin qui dépassait de la pochette. Joséphine avait tenu à ce que je la dessine dans ce champ. Qu'elle était belle ma petite sœur, elle était devenue la plus belle des demoiselles à mes yeux. Je revoyais encore son petit nez se plisser sous ses tâches de rousseur qui apparaissent toujours en été. Elle riait et j'avais réalisé ce croquis rapidement, les traits de ma sœur, je les connaissais par cœur.

    « Oh, un autre de tes dessins. Il est très beau. Et cette jeune femme que tu as dessinée, elle doit sans doute beaucoup compter pour toi, à en voir le soin que tu apporté au dessin... Je me trompe ? »


Je baissais les yeux, hésitant, serrant la mâchoire. Je portais mon regard sur l'horizon, au loin, là où sur mon dessin, j'avais dessiné un aigle. Ce soleil qui se couchait, Joséphine devait voir le même en Irlande, elle me manquait, terriblement. Je soupirais et tournais la tête à nouveau vers Judith et lui sourit faiblement alors que son visage se mélangea au souvenir que j'avais de Joséphine. Finalement, je racontais:

    « Ce n'est pas ce que tu crois. Je ne suis pas amoureux, je ne suis pas ce genre de garçons. Pas très fréquentable dans ce genre de relations... Elle s'appelle Joséphine... C'est ma petite sœur... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Jeu 30 Juin - 13:58

Toute ravie et pas peu fière, Judith tenait fermement le dessin que venait de lui offrir Lewis... On ne lui faisait pas souvent des cadeaux, et encore moins de si beaux cadeaux. Les dessins ont un signification presque sacrée aux yeux de Judith. Elle était littéralement tombée sous le charme de ce dessin, de l'aigle comme de la mer représentés dessus. Lewis souriait, et en voyant à quel point Judith était ravie de son cadeau, il décida de le signer. « Alors je le signe! C'est la première fois que je marque un dessin de quelconque signe d'identité, lui dit-il. En fait, je fais juste du dessin comme ça, pour passer le temps, quand je n'ai pas mon appareil photo avec moi. Je ne cherche pas la gloire, juste à créer, avoir mon propre style d'art... » Le dessin portait désormais les initiales de Lewis. Judith n'oublierait jamais à qui appartenait ce dessin, et comptait bien le conserver avec grand soin... Elle se souviendrait, quand elle serait aux États Unis, de celui qui lui en avait fait cadeau.

Très vite l'attention de Judith était portée sur un autre dessin. Celui-ci dépassait de la pochette de Lewis, et celui-ci avait même tenté de le cacher. Judith avait aperçu une jeune femme, ou plutôt une jeune fille. Elle était belle, très belle même. Judith ne put s'empêcher de le complimenter sur cet autre dessin, tout en lui demandant au passage qui était la jeune fille qu'il avait dessiné.

Judith pensait qu'il s'agissait de quelqu'un qui comptait beaucoup pour lui... une petite amie laissée en Irlande par exemple. « Ce n'est pas ce que tu crois, répondit Lewis tout en baissant la tête. Je ne suis pas amoureux, je ne suis pas ce genre de garçons. Pas très fréquentable dans ce genre de relations... Elle s'appelle Joséphine... C'est ma petite sœur... » En disant cela, Lewis souriait sans trop sourire. Ce sourire semblait faible, sa petite sœur devait grandement lui manquer et Judith avait du malgré elle remuer le couteau dans la plaie et faire rejaillir sa tristesse. Lewis avait donc une sœur, dont Judith ignorait encore le nom et l'âge... Cela lui rappelait son frère, Dimitri.

    « Tu sais, moi j'ai un frère. Il s'appelle Dimitri et si il est actuellement à bord du Titanic, je ne peux quasiment pas le voir... pour une raison qu'il vaudrait mieux que tu ignores. »


Dimitri et Judith étaient tous deux clandestins. Ils essayaient de se voir le moins souvent possible pour éviter d'attirer l'attention des passagers et de l'équipage. Lewis ignorait bien sur que Judith était montée clandestinement à bord. Elle le connaissait peu, mais elle se doutait qu'en l'apprenant il le prendrait sans doute mal. Elle préférait donc ne rien lui dire, pour le moment du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Ven 1 Juil - 9:42

Je ne parlais jamais de moi aux inconnus et je ne saurais expliquer pourquoi je l'avais fait avec cette jeune fille. Il ne passait pas une heure sans que je pense à Joséphine et rencontrer une fille d'environ son âge - du moins, elle paraissait très jeune, qui avait les mêmes manies que ma sœur m'avait certainement fait perdre les pédales. Elle m'avait abordé simplement, en parlant de mon dessin et cela m'avait radouci, pour sûr. Nous en étions arrivés à parler du croquis de Joséphine alors que j'avais tenté auparavant de le cacher de sa vue. Sans succès, Judith reconnut sans mal qu'il s'agissait d'une jeune fille dans un cadre libre, léger et naturel. J'avais trouvé cette clairière fleurie parfaite. Elle correspondait au caractère de ma sœur. Je finis par révéler à Judith qui était mon modèle pour ce dessin et je fus une nouvelle fois surpris qu'elle me parle d'elle, aussi librement.

    « Tu sais, moi j'ai un frère. Il s'appelle Dimitri et si il est actuellement à bord du Titanic, je ne peux quasiment pas le voir... pour une raison qu'il vaudrait mieux que tu ignores. »


Je tournais rapidement la tête vers elle, les sourcils froncés. Je n'étais pas de nature curieux mais là, elle en avait dit trop ou pas assez. Au moins, elle avait la chance de savoir où était son frère. Pour ma part, j'avais simplement une vague idée sur la question. Je restais un instant silencieux alors que je m'étais baissé vers ma pochette à dessins que je refermais lentement, de façon précise et méticuleuse après avoir empilé mes créations. Je me pinçais les lèvres, n'osant pas lui poser de questions ou du moins pas sur ce secret qu'elle voulait garder. Je respectais son engagement, et préférais me concentrer sur le début de ses paroles pour oublier la fin qui m'avait piqué au vif.

    « Joséphine fait des études. Mes parents n'ont pas voulu qu'elle embarque sur le Titanic. L'argent n'était pourtant pas un problème comme le capitaine, c'est mon parrain. Ils sont idiots de ne pas comprendre qu'en Amérique, ses études auraient été bien plus glorieuses... On est très proches... Très proches... »


Je soupirais avant de serrer la mâchoire et plisser légèrement les yeux en fixant la cabine de mon parrain, surélevée par rapport à nous. Elle semblait vide. J'aurais bientôt besoin de lui parler, comme ça, pour me sentir moins seul concernant ma rancœur contre mes parents. Rien que les évoquer me mettait dans une colère intérieure que je ne manifestais jamais. Voilà d'où venait mon désir de plaire aux femmes, d'en faire souvent trop et de ne pas mesurer les conséquences de mes actes. Je soupirais encore, avant de tourner la tête vers Judith et de lui sourire gentiment.

    « Bon et alors toi, tu n'as rien à me montrer que tu sais faire? Je serai ravi de t'apprendre quelques trucs, et je suis sûr que tu pourras m'en apprendre aussi... Seulement, sache une chose sur moi... Je ne suis pas très fréquentable et tu risques de ne plus vouloir me revoir si tu venais à apprendre certaines choses à mon sujet...»


Je voulais être vraiment gentil avec elle. Nous partagions la même passion et je trouvais intéressant d'échanger sur le sujet. Cependant, inconsciemment, c'était mon manque de confiance en moi qui me rattrapais et cette façon brutale d'éveiller des soupçons à mon égard n'était pas vraiment rassurant. Maintenant, je m'en voulais et j'espérais simplement qu'elle ne partirait pas brutalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Ven 1 Juil - 12:12

Ils avaient donc des points en commun, et pas des moindres. Non seulement tous deux dessinaient, mais en plus Lewis avait une petite sœur, et Judith un grand frère. Lewis venait d'évoquer sa sœur, Joséphine. Concernée par ce qu'il disait, Judith lui avait alors révélé qu'elle avait un grand frère, Dimitri, monté à bord du Titanic. Judith n'avait plus revu son frère depuis le début de la traversée. Il savait que Judith l'avait suivit, et semblait l'avoir assez mal prit. Désormais tous deux étaient clandestins à bord du Titanic, et Judith n'avait plus de nouvelles de lui. Tout ce qu'elle espérait maintenant, c'était que Dimitri n'avait pas eu de problèmes avec l'équipage. S'il venait à être dénoncé, ou s'il était remarqué par l'équipage puis expulsé du paquebot, Judith ne continuerait sans doute pas le voyage. Elle était montée pour qu'ensemble ils se rendent en Amérique... Sans Dimitri, rien ne serait plus possible.

Judith voyait bien que Lewis avait été quelque peu surprit, lorsqu'elle lui avait parlé de cette chose qu'elle ne pouvait pas révéler. Elle n'osait pas lui dire qu'elle était clandestine, car ayant un lien avec le capitaine, Lewis pouvait très bien mal le prendre et aller la dénoncer. Ce n'étais pas un manque de confiance en lui, bien qu'elle ne le connaissait que depuis peu, c'était avant tout de la prévoyance. Elle savait qu'elle devait mettre dans la confidence le moins de personnes possible. Malheureusement, beaucoup de personnes déjà connaissaient son secret. Lewis baissait les yeux. Joséphine devait beaucoup lui manquer, tout comme Dimitri manquait beaucoup à Judith. « Joséphine fait des études, lui confia Lewis. Mes parents n'ont pas voulu qu'elle embarque sur le Titanic. L'argent n'était pourtant pas un problème comme le capitaine, c'est mon parrain. Ils sont idiots de ne pas comprendre qu'en Amérique, ses études auraient été bien plus glorieuses... On est très proches... Très proches... » Judith venait d'apprendre que Lewis en voulait beaucoup à ses parents. C'était quelque part compréhensible, car ils avaient tout de même empêché Joséphine d'embarquer à bord du Titanic...

Lewis avait évoqué ses parents, avec qui il n'était plus en très bons termes, et cela rappelait à Judith que les siens étaient restés en Biélorussie. Elle était partie comme une voleuse, sans prévenir personne. Aujourd'hui, elle le regrettait amèrement. Lewis regardait la cabine du capitaine. Puis il se tourna vers Judith, avant de lui sourire. « Bon et alors toi, tu n'as rien à me montrer que tu sais faire? Je serai ravi de t'apprendre quelques trucs, et je suis sûr que tu pourras m'en apprendre aussi... Seulement, sache une chose sur moi... Je ne suis pas très fréquentable et tu risques de ne plus vouloir me revoir si tu venais à apprendre certaines choses à mon sujet...» Lewis en avait trop dit. Qu'est-ce que Judith pourrait bien apprendre à son sujet qui la ferait fuir ? Lewis était certes un jeune homme mystérieux et un peu renfermé, et Judith commençait sérieusement à se poser des questions sur lui...

    « Je... Désolée de te demander cela, mais qu'est ce que tu peux bien me cacher Lewis ? »


Judith se posait beaucoup, beaucoup de questions. Était-il un criminel ? Un escroc ? Qui était-il vraiment ? Lewis avait semé le doute dans ses pensées, et Judith pensait que le seul moyen qui lui permettrait de découvrir la vérité à propos de Lewis, serait de lui proposer de tout lui révéler, contre son secret à elle...

    « Bon je te propose quelque chose. Tu me dis ce que tu me caches, et je te révèles mon secret. Vu ce que tu m'en as dit, je devrait être aussi surprise que tu le seras en découvrant mon secret. Qu'en penses-tu ? »


Lewis acceptera-t-il de révéler son secret contre celui de Judith ? Judith jouait gros, car en apprenant son secret Lewis pouvait très bien mal réagir. Tant pis, elle était si curieuse qu'elle tentait le diable pour parvenir à déceler ce qu'il lui cachait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Ven 1 Juil - 13:15

Contrairement à ce que j'aurais pu imaginer, Judith n'eut pas la réaction attendue. Souvent, lorsque je voulais être sincère et gentil, la réalité faisait fuir mes connaissances. C'était peut-être pour cette raison que je préférais m'enfermer dans une coquille, et je voulais plaire pour me rassurer. En présence de Judith, je réagissais complètement à l'envers de mon habitude. Elle était différente, ne m'avait abordé pour mon physique mais pour ce que je savais faire. Donner du bon temps à des femmes n'était pas un art, c'était ma façon de me donner confiance, finalement. Et le dessin, c'était vraiment moi, sans artifice, surtout qu'ici, à bord du Titanic, ce que je pouvais dessiner était nouveau, je pouvais m'exprimer amplement, avec des coups de crayon. Malgré tout, la situation ne tournait plus autour des dessins. Chacun de nous avait éveillé la curiosité de l'autre, et de nature curieuse, je l'avais très vite remarqué, Judith ne tarda pas à poser des questions.

    « Je... Désolée de te demander cela, mais qu'est ce que tu peux bien me cacher Lewis ? »


J'eus un rire amusé et tournais la tête vers elle. Elle aussi avait quelque chose à me cacher. Je ne savais rien sur elle, ne pouvait pas prévoir en la voyant la raison de sa présence sur le bateau. J'allais lui faire la remarque, du fait que sa question pourrait être retournée sur elle, mais elle me devança:

    « Bon je te propose quelque chose. Tu me dis ce que tu me caches, et je te révèles mon secret. Vu ce que tu m'en as dit, je devrait être aussi surprise que tu le seras en découvrant mon secret. Qu'en penses-tu ? »


Je secouais la tête en souriant largement. Décidément, elle ne manquait pas de bon sens et était surtout très maligne. Je n'avais rien à perdre, si ce n'était sa compagnie, tandis qu'elle risquait bien plus gros, certainement, à me révéler son secret concernant son frère.

    « Tu es sûre? Nan... je le sens pas vraiment. Je vais te dire ce que j'ai à cacher et tu vas partir avant de me dire pourquoi tu ne dois pas voir ton frère... En tout cas, je suis ravie de voir que constater que ma réputation n'a pas encore fait le tour du bateau... »


Je la regardais, amusé, cherchant comment m'y prendre. Finalement, je me tournais vers elle en m'asseyant en tailleur et je plongeais mon regard dans le sien en me mordant les joues pour ne pas rire. Je soupirais et racontais, sans faire de pause.

    « Je fais souffrir les filles, enfin ça, je fais pas exprès. J'aime prendre du bon temps, ça veut pas dire que j'ai des sentiments hein... Oh mais si c'était que ça... Tiens, y'a même une prostituée que j'essaie d'éviter parce que je lui dois de l'argent pour... hum.. son service. Mais les gens ne me connaissent pas, et je suis différent avec les personnes qui ont su... m'apprivoiser en quelque sorte... ou qui connaissent ma vie, tout ça... »


Je la regardais d'un air égal, légèrement avec un air hautain. J'étais un sale gosse, et alors, je ne pouvais pas changer d'un jour à l'autre. Comme si je venais de lui raconter une histoire quelconque, je ne lui laissais pas le temps d'analyser ma personne et demandais:

    « Bon... et toi, alors? Tu es obligée de me dire, sinon, je trouverai bien comment te faire payer ton chantage qui se sera révélé foireux... »


Je la regardais du coin de l’œil, méfiant. J'attendais de savoir ce qu'elle avait à cacher. Quoi qu'il en soit, je n'avais pas l'intention de la juger, j'avais déjà assez de soucis pour vouloir en ajouter d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Ven 1 Juil - 14:20

Judith le savait : quoi que Lewis lui raconte à propos de sa vie, son secret à elle ferait bien plus de bruit encore et elle risquait très gros, vraiment très gros. Si Lewis le prenait bien, elle serait soulagée. Peut être la regarderait-il d'un air suspicieux pendant un temps, mais leur "amitié" en resterait sans doute intacte. Mais si Lewis le prenait mal, il se sentirait en effet trahi, et il s'empresserait probablement pour la dénoncer... Judith était anxieuse, c'était compréhensible. La réaction de Lewis pouvait tout changer, et elle devait bien sur se préparer à l'éventualité que Lewis la dénonce à l'équipage. Lewis pouvait le faire, elle ne le connaissait pas tant que ça et la première impression qu'elle eut de lui lui prouva bien qu'il en était capable. La révélation de son secret changerait tout dans la vision que Lewis aurait d'elle après cela... Mais c'était trop tard, oui, elle lui avait proposé un marché qu'elle se devait de tenir. Elle aurait l'air de quoi si après la révélation du secret de Lewis elle partait en courant ? Elle devait avouer, elle l'avait promit.

Judith avait tout mit en œuvre pour que Lewis lui révèle son secret. Elle lui avait dit qu'elle lui révèlerait le sien si il lui révélait d'abord le sien. Lewis allait-il accepter ce marché, pour le moins risqué ? Avait-il assez confiance en Judith pour lui révéler d'abord son secret ? Judith n'allait pas tarder à le savoir... « Tu es sûre? Nan... je le sens pas vraiment. Je vais te dire ce que j'ai à cacher et tu vas partir avant de me dire pourquoi tu ne dois pas voir ton frère... En tout cas, je suis ravie de voir que constater que ma réputation n'a pas encore fait le tour du bateau... » Lewis semblait un peu amusé par ce que venait de lui proposer Judith. Ça n'avait pas vraiment l'air de l'enchanter, mais au fond Judith voyait bien qu'avec le sourire qu'il affichait, il allait sans doute changer d'avis et tout avouer...

Ce que Judith pensait ce révéla exact. A peine avait-il exposé son point de vue vis-à-vis de ce marché qu'il ne voyait pas d'un très bon œil qu'il se retournait déjà, près à tout avouer. Judith se sentait particulièrement fière d'elle. Elle avait réussit à ce que Lewis lui avoue tout. Enfin elle allait savoir ce qu'il cachait de si honteux, qui risquait de la faire fuir... « Je fais souffrir les filles, lui avoua-t-il tout en s'empêchant de rire. Enfin ça, je fais pas exprès. J'aime prendre du bon temps, ça veut pas dire que j'ai des sentiments hein... Oh mais si c'était que ça... Tiens, y'a même une prostituée que j'essaie d'éviter parce que je lui dois de l'argent pour... hum.. son service. Mais les gens ne me connaissent pas, et je suis différent avec les personnes qui ont su... m'apprivoiser en quelque sorte... ou qui connaissent ma vie, tout ça... » "Oh mon dieu !", pensa très fort Judith. On pouvait lire sur son visage l'effet qu'avait produit cette terrible révélation. Elle savait que ce genre d'hommes existait, mais en avoir un comme cela en face d'elle ... elle ne s'y attendait pas du tout. Quel secret ! Judith pensait que son secret à elle serait bien pire que le sien, mais finalement il ne s'en éloignait pas tellement...

Lewis craignait que Judith ne parte en courant, mais elle avait promit de révéler son secret, elle aussi. « Bon... et toi, alors? Tu es obligée de me dire, sinon, je trouverai bien comment te faire payer ton chantage qui se sera révélé foireux... » Oh mais Judith avait bien l'intention de tout dire, elle aussi. Seulement... il lui fallut un certain temps pour reprendre ces esprits. Ce que Lewis venait de lui avouer l'avait totalement surprise, presque bouleversée.

Judith était encore sous le choc de sa révélation... Et quelle révélation ! Elle ne savait plus vraiment quoi penser de lui, et avant de révéler son secret, elle ne pu s'empêcher de lui faire part de son opinion à son sujet maintenant qu'elle connaissait ce qu'il cachait.

    « Et tu me dis ça avec le sourire, en plus ?! Mais... Je ne sais même pas quoi te dire car ce que tu viens de m'avouer est vraiment aberrant. Tu te rends compte de la vie que tu mènes, Lewis ? Loin de moi l'envie de te juger, mais quand même ! Je ne m'attendais pas du tout à cela, crois-moi. »


Après avoir exposé ses sentiments, Judith savait que l'heure était arrivée : elle devait elle aussi passer aux aveux. Après ceux de Lewis, c'était à se demander si son secret à elle ferait autant de bruit... Redoutant la réaction de Lewis, elle le regarda dans les yeux, tout en serrant les poings.

    « Bien. Je viens de Biélorussie, et un jour mon frère Dimitri a décidé sans rien me dire d'embarquer à bord du Titanic. Je l'ai su, bien sur, et je l'y est suivit. J'ai embarqué sur le Titanic sans un sou, clandestinement donc. A l'heure où je te parle, des personnes sont au courant de mon secret et certaines sont bien décidées à me faire arrêter avant notre arrivée à New York. Je squatte une cabine de troisième classe, et à tout moment mon séjour peut être écourté si quelqu'un me dénonce ou si je fais un faux pas. Voilà, tu sais tout. »


Judith se sentait soulagée, vraiment. Enfin elle avait eu le courage de tout avouer. Mais il restait maintenant à voir la réaction de Lewis vis-à-vis de ce secret dont elle avait si honte. Judith, en attendant sa réaction, mit ses deux mains sur son visage, tout en continuant de le regarder dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Savoir l'art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art. ❞
Ҩ MOUETTES : 514
Ҩ CRÉDIT : © roxxtar
Ҩ MOOD : troublé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 24 ans
Ҩ MÉTIER : reporter - photographe
Ҩ CABINE : B017


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : volage
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Est le filleul du capitaine. désir de voyage.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Lun 4 Juil - 16:37

Je n'étais pas du genre à me confier aux inconnus mais je devais avouer que son petit chantage était alléchant. Je n'avais rien à perdre si ce n'était gagner une réputation qui me caractérisait déjà avant l'embarcation. Ici, j'étais lavé de tout passé, personne ne me connaissait, si ce n'était mon parrain mais il n'était pas d'un grand danger pour moi. Alors, je n'avais pas hésité à révéler qui j'étais. Joséphine passait son temps à vouloir me convaincre du contraire ce qui me faisait rire. Je ne me considérais pas tel qu'elle me décrivait. Elle était persuadée que si je tombais amoureux, je pourrais changer. Ironie du sort pour moi, tomber amoureux ne me semblait pas dans mes possibilités. Ma révélation eut l'effet attendu sur Judith. Apparemment, la première image qu'elle avait eu de moi n'était pas celle que je lui avais peinte en quelques mots.

    « Et tu me dis ça avec le sourire, en plus ?! Mais... Je ne sais même pas quoi te dire car ce que tu viens de m'avouer est vraiment aberrant. Tu te rends compte de la vie que tu mènes, Lewis ? Loin de moi l'envie de te juger, mais quand même ! Je ne m'attendais pas du tout à cela, crois-moi. »


Je continuais à sourire largement, ses paroles ne m'atteignaient pas. La vie que je menais? En rien cela la regardait et puis, ce n'était qu'une facette de ma personnalité que je lui avais révélé là. Elle ne me connaissait pas encore, pas vraiment, seule Joséphine savait ce dont j'étais capable pour les gens que j'aimais. Je fronçais les sourcils, me souvenant d'une parole de ma sœur, et la ressortit mot pour à moi à Judith.

    « Tu sais, les gens changent suivant ce qu'ils ressentent pour telle ou telle personne. Encore faut-il savoir ce que telle ou telle personne provoque en vous et savoir les interpréter, savoir reconnaître les signes avant coureurs d'une haine, d'un amour, d'une reconnaissance. Quand on ne sait pas ce qu'on ressent, c'est parfois difficile d'avoir le bon comportement... »


Sur ce, je regardais en face de moi, fixant au hasard le mat qui se trouvait devant moi. Je ne pensais plus à rien et entendais encore la voix de ma sœur me faisant comprendre que mon cœur était fermé, et que peu ne pouvait y entrer. Je soupirais, me trouvant dégoutant, presque comme un monstre alors que je voulais me changer les idées et repensais alors au secret que Judith devait me confier. Je me tournais alors à nouveau vers elle et attendis, les mains sur mes genoux, les doigts mêlés, les yeux dans les siens, attendant sa révélation. Finalement, bien que je la trouvais nerveuse, elle prit la parole et je l'écoutais attentivement.

    « Bien. Je viens de Biélorussie, et un jour mon frère Dimitri a décidé sans rien me dire d'embarquer à bord du Titanic. Je l'ai su, bien sur, et je l'y est suivit. J'ai embarqué sur le Titanic sans un sou, clandestinement donc. A l'heure où je te parle, des personnes sont au courant de mon secret et certaines sont bien décidées à me faire arrêter avant notre arrivée à New York. Je squatte une cabine de troisième classe, et à tout moment mon séjour peut être écourté si quelqu'un me dénonce ou si je fais un faux pas. Voilà, tu sais tout. »


Je levais un sourcil et fit un grand signe de la tête pour dire que j'avais tout compris. Je passais une main dans mes cheveux en soupirant et levais une nouvelle fois mon regard vers la cabine vide de mon parrain. Finalement, je la regardais du coin de l'oeil, et comme je la voyais encore nerveuse, je me penchais vers elle, de façon à ce qu'elle puisse voir au bout de mon index que je venais de pointer sur la cabine du capitaine.

    « Tu vois la cabine là... c'est celle des chefs, mon parrain, entre autre. Donc ne vient pas toute seule ici, surtout si tu vois que ça bouge dans la cabine. Et évite les sous-sols, tout l'équipage s'y trouve. Hmmm.. ne va surtout pas en première classe, évidement. Tu devrais donner un nom bidon sur la liste des passagers aussi... comme ça, si tu es contrôlée, tu le donnes, ils vérifient, et ils te laissent tranquilles... »


Je me raclais la gorge et baissais les yeux, fuyant son regard. Je m'étais laissé emporter dans mes idées pour échapper au sort qui attendait les clandestins du bateau. Je ne savais pas l'intention de la dénoncer, pas la moins du monde. Chacun avait ses soucis, pas la peine d'en rajouter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

Je ne serai pas plus pauvre demain...
Ҩ MOUETTES : 567
Ҩ CRÉDIT : Morrigan
Ҩ MOOD : Savoure la vie
Ҩ ÂGE DU PERSO : 17 ans
Ҩ MÉTIER : sans emploi, artiste à ses heures
Ҩ CABINE : B59 (squatte cabine inoccupée)


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : coeur à prendre ♥
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: J'ai suivi mon frère dans son voyage vers l'Amérique, je suis aussi très curieuse et souhaite découvrir le monde.

MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   Mer 6 Juil - 14:02

Judith avait encore du mal à se remettre de la révélation que venait de lui faire Lewis... Comment pouvait-il vivre ainsi ? Se servir des femmes, les faire souffrir ? Ce que Judith ne pouvait supporter, c'était le fait que Lewis lui ai tout révélé en souriant, presque en riant. Il semblait prendre cela à la rigolade, mais cela ne faisait pas rire du tout Judith. Cette vie, elle ne pourrait jamais la vivre elle. Lewis ne semblait pas éprouver de remords quant à ces occupations, toutes les femmes dont il s'était servit. Judith pensait alors que si Lewis aimait sa vie telle qu'elle était, peut être ne devrait-elle pas le juger comme cela. Elle n'avait pas prit l'habitude de juger les gens comme elle venait de le faire avec Lewis. Elle n'aimait pas ça. Après quoi, elle avait la désagréable impression de donner son avis sur tout, de critiquer sans savoir.

Elle avait critiqué Lewis, mais que savait-elle réellement de la vie de ce jeune homme ? Allez savoir la vie qu'il avait eu, ce qu'il avait vécu... Bien qu'il venait d'être jugé par la jeune Judith, Lewis n'arrêtait pas pour autant de sourire. Non, les paroles de la jeune fille ne semblaient pas l'atteindre, pas le heurter. Pourtant elle venait d'être dure avec lui, lui reprochant sa façon de vivre... Qui était-elle pour le critiquer comme elle venait de le faire ? Face à ces critiques, Lewis gardait toute sa dignité et restait humble. « Tu sais, les gens changent suivant ce qu'ils ressentent pour telle ou telle personne. Encore faut-il savoir ce que telle ou telle personne provoque en vous et savoir les interpréter, savoir reconnaître les signes avant coureurs d'une haine, d'un amour, d'une reconnaissance. Quand on ne sait pas ce qu'on ressent, c'est parfois difficile d'avoir le bon comportement... » En disant cela, Lewis semblait réciter quelque chose, comme des paroles dont il se souvenait. Peut être les lui avait-on déjà dit un jour... Peut être était-ce sa sœur, Joséphine, qui les lui avait dites... Judith s'en voulait quand même de s'être emportée, de l'avoir jugé sans rien connaitre de sa vie. Elle pensait que le mieux à faire, était de lui demander pardon.

    « Je suis désolée Lewis. Je n'aurais pas du te juger comme je l'ai fait, je le regrette sincèrement. J'espère que tu ne m'en voudras pas car je n'ai pas envie que cela freine toute... amitié entre nous. »


Elle avait parlé d'amitié. Comme si elle espérait au fond faire de Lewis un ami. Et pourquoi pas ? Judith le trouvait en fin de compte sympathique, et même si elle n'approuvait pas son style de vie, elle pourrait bien faire impasse là dessus pour laisser place à une amitié... si Lewis désirait lui aussi s'en faire une amie, bien sur.

Après avoir révélé son lourd secret à Lewis, à savoir sa clandestinité, Judith se sentait plus sereine. Elle avait enfin pu lui avouer sa situation et sa condition. Mais maintenant, elle redoutait sa réaction. Elle se préparait d'ailleurs à l'éventualité que Lewis la dénonce immédiatement, à son parrain le Capitaine par exemple. Elle regarda donc Lewis dans les yeux, inquiète et aussi impatiente... Et contre toute attente, Lewis semblait ne pas être plus choqué que cela d'apprendre la clandestinité de la jeune fille. « Tu vois la cabine là... c'est celle des chefs, mon parrain, entre autre. Donc ne vient pas toute seule ici, surtout si tu vois que ça bouge dans la cabine. Et évite les sous-sols, tout l'équipage s'y trouve. Hmmm.. ne va surtout pas en première classe, évidement. Tu devrais donner un nom bidon sur la liste des passagers aussi... comme ça, si tu es contrôlée, tu le donnes, ils vérifient, et ils te laissent tranquilles... » Incroyable. Au lieu de juger Judith ou de montrer un signe de stupéfaction, Lewis venait de lui donner des conseils pour vivre en sécurité à bord du Titanic. Il lui conseilla donc d'inscrire un faux nom sur la ligne des Passagers, d'éviter la Première Classe... Des conseils qui s'avèreront sans doute très utiles à Judith dans les prochains jours...

Judith se sentait mal. Elle avait amèrement jugé Lewis en apprenant quelle vie il menait, et alors qu'elle s'attendait à ce qu'il la juge lui aussi, il lui donna de précieux conseils pour éviter qu'elle ne se fasse attraper par l'équipage. Elle ne savait donc plus où se mettre, et priait même Dieu de la faire mourir à l'instant. C'était une situation humiliante pour Judith, qui avait montré son fort caractère et qui s'était montrée particulièrement méchante envers Lewis. Judith se contenta de remercier Lewis pour ses précieux conseils, et évita de ce fait de lui demander une seconde fois pardon. A force, cela ferait beaucoup.

    « Merci beaucoup Lewis. Je vais suivre tes conseils à la lettre... puis, en baissant la tête, Judith surenchérit. Tu sais, je croyait vraiment que tu allais me juger et ensuite me dénoncer. En fait, tu es quelqu'un de vraiment admirable, vraiment admirable Lewis. »


Judith souriait. Plus elle passait du temps avec Lewis, et plus elle avait l'impression qu'une amitié était possible entre eux deux. Lewis avait certes des défauts, mais Judith en avait elle aussi et à un moment il faut voir au delà des défauts des gens, pensait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.   

Revenir en haut Aller en bas
 

JUDITH&LEWIS Ҩ Je ne te dessinerai pas les secrets de mon âme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.M.S Titanic ::  :: Le grenier de mamie Gretta-