LE FORUM SUBIT UNE TRES LONGUE PAUSE, LE TEMPS QUE LA NOUVELLE EQUIPE DU FORUM REMETTE EN PLACE DES INTRIGUES, ET QU'ELLE FASSE LE MENAGE... ATTENDEZ VOUS A DE GROSSES SURPRISES !
nouveau design, première tâche d'installée, et surtout un recensement en cours... venez consulter les nouveautés du mois (pluvieux) de juillet ! 
n'hésitez pas à nous rejoindre sur la chatbox, les amis. jouez pas aux timides !
privilégiez les hommes et évitez de tous aller en 1ère classe, s'il vous plait. on rentre dans une surpopulation de riches.
privilégiez les officiers et les troisièmes classes ♥

Partagez | 
 

 CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 241
Ҩ CRÉDIT : Lady Fame™
Ҩ ÂGE DU PERSO : 23 ans


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: engagé par une riche famille pour écrire à propos du mari

MessageSujet: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   Jeu 30 Juin - 14:45




CONSTANCE&DUNCAN

bienvenue dans mon univers...

Second pont, cabines de seconde classe, cabine C78.

Il était exactement 21h34 à la montre de Duncan. Le jeune homme avait prévu de se coucher tôt ce soir. Il avait passé le début de sa soirée à écrire tout et n'importe quoi, chaque chose qui avait pu lui traverser l'esprit. Sa plume était sèche, son encre presque terminée, et sa feuille ressemblait d'avantage à un brouillon qu'autre chose. Duncan n'était pas content de lui et de ce qu'il avait écrit. Alors, dans un excès de contrariété, il renversa tout ce qui se trouvait sur son bureau. Après ça, il se trouva idiot de s'être emporté de la sorte, lui qui d'habitude est d'un comportement tellement calme que la pire contrariété ne saurait lui faire perdre son sang froid. La fatigue avait probablement joué sur cet emportement que Duncan regrettait déjà, alors il ne tarderaient pas à se mettre au lit.

Mais une pensée ne le quittait pas, celle de la jeune femme qu'il avait rencontré quelques soirs auparavant dans ce même couloir, et qu'il avait revu plus tard sur le pont. Cet autre soir, il l'avait embrassé et lui avait avoué ses sentiments. Duncan ne sait toujours pas comment il a pu agir de la sorte avec une demoiselle aussi séduisante. Il aurait aimé contenir ses sentiments et ne point les exposer devant elle d'une manière si indélicate. Malheureusement, l'excitation due à ces sentiments lui avait causé du tort ce soir là. Mais, en y réfléchissant bien, Duncan ne regrettait pas tant que ça d'avoir briser la glace avec la jeune femme. Cela lui donne certes mauvaise conscience, mais il se sent malgré tout libéré. Libéré de n'avoir plus à garder cela pour lui. Libéré aussi d'avoir pour la première fois franchi le pas avec une femme. Oui, les conquêtes de Duncan étaient aussi nombreuses que ses emportements : extrêmement rares. Mais, après tout, pourquoi n'aurait-il pas droit, lui aussi, à connaitre l'amour ? Pourquoi cela serait-il réservé qu'aux autres hommes ? Il pensait dur comme fer que cela lui était également accessible.

Alors qu'il pensait encore et toujours à la charmante demoiselle, il réalisa un détail fort déplaisant : elle fait partie de l'équipage et lui est en seconde classe. Normalement, les gens de ces deux sociétés distinctes ne sont pas censés se côtoyer, et encore moins avoir des liaisons. De plus, la demoiselle est assez fortunée alors que lui ne l'est pas vraiment. Alors, que pouvait-il bien attendre de cette aventure ? Une aventure ... Voilà qu'il s'emballait un peu trop. Après tout, il n'y avait eu qu'un échange de baiser, rien de plus. Ce n'est tout de même pas comme si ils étaient bel et bien ensemble. Que peut bien avoir pensé la jeune femme du comportement de Duncan l'autre soir, sur le pont ? Il n'en sait trop rien. Ce soir là, il ne lui laissa même pas le temps de lui répondre car, choqué par le fait qu'il ait osé l'embrasser, il s'empressa de quitter le pont, la laissant avec son étonnement. Il reconnait que d'être parti faisait de lui un lâche, et c'est encore une chose qu'il regrette un peu trop tard.

Tandis qu'il s'approchait de son lit, légèrement dévêtu comme pour se coucher, il entendit un petit bruit. Cela provenait du couloir. On aurait dit des pas. Une femme devait probablement marcher de l'autre coté de la porte, car cela ressemblait fort à un bruit de talons qui tapent contre le sol. A peine avait-il eu le temps de s'approcher de la porte pour l'ouvrir et ainsi voir qui se trouvait là, que quelqu'un toqua à la porte. Qui cela pouvait-il bien être ? Qui avait intérêt à frapper à la porte d'un type comme lui, en seconde classe, et à une heure pareille ?

Duncan avança doucement vers la porte, cette fois si bien décidé à l'ouvrir. Il tourna la poignée et la porte s'ouvrit. Et, quelle ne fut pas sa surprise en apercevant la personne qui venait de toquer. Elle était là, plus belle encore que l'autre soir sur le pont. Elle, la fille qui habitait les songes de Duncan depuis leur rencontre dans ce même couloir. Elle était face à lui. Duncan lui sourit. Il ne savait trop quoi dire à une si belle femme. Et il était à nouveau face à une question de taille : devait-il la vouvoyer ? la tutoyer ? Telle était la question.

« Bonsoir ... vous ... enfin, que fais-tu ici à cette heure tardive ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Elle a du penser que si elle sautait, elle s'envolerait ❞
Ҩ MOUETTES : 766
Ҩ CRÉDIT : © Aurélie
Ҩ MOOD : Bipolaire
Ҩ MÉTIER : Libraire
Ҩ CABINE : Cabine B17


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : Libre comme l'air
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: L'appel de la célébrité, réaliser mon rêve ♪

MessageSujet: Re: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   Jeu 30 Juin - 17:55





    Un baiser est le seul moyen de se taire en disant tout.

    Mon esprit restait flou, embrouillé, perdu. Mes pensées s'entremêlaient pour ne former plus qu'une toile insensée dans laquelle j'étais prise au piège... Comment ? Comment était-ce possible ? Tout s'était déroulé si vite, il m'avait semblé ne pas comprendre réellement ce qui m'arrivait. Durant la fin d'après-midi, alors que j'étais en route vers le restaurant des premières classes, prête à entrer en scène pour cette première soirée à bord du Titanic, plutôt privée, un homme vint à moi. Un homme au physique plaisant, au regard attendrissant, perdu... Ce jeune homme ne m'était pas inconnu, ou presque. Je l'avais déjà croisé lors de l'embarquement, au matin même. À l'aurore. Je lui avais souri... Un sourire poli, sans aucun engagement personnel. Une simple politesse que j'avais moi-même perçue comme un peu plus que cela... Voyez-vous, j'aurais aimé que ce ne soit qu'une simple signe de respect, mais de ma part, de la part d'une demoiselle n'ayant jamais connu l'Amour avec un grand A, cela voulait dire tellement plus... J'étais naïve, beaucoup trop naïve pour réaliser que mon état était celui d'une jeune fille presque désespérée, prête à se jeter dans les bras de n'importe quel alcoolique répugnant, simplement par devoir ou par dépit. Ce jeune homme, donc, s'était avancé vers moi, le pas à la fois hésitant et décidé. À nouveau, je lui souris, lui hochant la tête en signe de respect. Cependant, je m'étais figée sur place, ce soir là. Un instinct ou autre chose, je ne le savais vraiment. Le fait est que c'en fut assez pour permettre à ce charmant inconnu de me voler un baiser. Son geste vu inconsidéré, passionné, mais à la fois tellement bouleversant. Son action fut brève, car je n'eus pas le temps de m'en remettre qu'il avait déjà disparu plus loin sur le pont.

    Le destin nous réservait des aventures parfois bien curieuses. Chamboulée, fixe, mon regard se perdait dans l'océan, dont les couleurs devenaient de plus en plus orangées à mesure que le soleil se couchait. Ma main effleura lentement mes lèvres, sur lequel ce jeune homme venait de déposer une preuve de son amour, oserais-je dire, pour moi. Je secouai vivement la tête afin de me remettre d'aplomb, et repartis d'un pas chancelant vers le restaurant des premières classes. Mes talons hauts martelaient le pont par petits coups, au rythme de mon cœur, qui s'était accéléré... Plus moyen de me faire changer d'avis, j'étais bel et bien décidée de partir à la recherche de cet homme, après mon passage sur la scène des premières classes.

    La soirée fut éprouvante. Après mes retrouvailles avec Mr Shakespeare Clarence, et mon esprit torturé par les événements ayant précédés le cocktail, ma tête bouillonnait. Puis vint la fin. Je m'étais éclipsée par une sortie que j'étais l'une des rares à connaître, et étais bien décidée à remettre la main sur ce mystérieux bellâtre. Je posais la même question à toutes les personnes se présentant sur mon chemin... « Bonsoir, sauriez-vous par hasard où réside un homme ? Il doit être dans les secondes classes, et sur sa valise, ce matin hum... Oui, son nom est Duncan Kingston. Me semble-t-il. ». Et pour tous, la même réponse : « Désolée, ma brave demoiselle ». Que d'inutiles personnages... Mais alors, tout devint plus clair alors que j'errais dans les couloirs de la seconde classe, ayant perdu tout espoir. Sur les portes, d'adroits artisans avaient pris soin d'inscrire le nom des passagers. Avec plus ou moins de soin selon les classes, certes, mais tout de même. Alors, je n'eus qu'à me retourner pour me rendre compte que sa cabine était là depuis le début. Je me stoppais nette, apeurée. Quelle serait sa réaction ? Peut être me jetterait-il dehors, allez savoir ? Et puis si après tout, il ne m'aimait pas ? Tant de questions, mais pour seule réponse, mon cœur m'incita à frapper à cette porte. Sans plus réfléchir, sans prendre soin de remettre mes cheveux en ordre, ni même d'afficher un sourire à l'épreuve des balles. Aussitôt, on ouvrit. Et ce moment sembla durer une éternité... Il resta abasourdi de me voir, devant lui. Pour ma part, ce fut le regard perdu dans le sien que je restais debout, perchée sur mes talons... Un regard échangé pendant tant de temps que j'eus un moment de vide avant de réaliser qu'il venait de prendre la parole. « Bonsoir... vous... enfin, que fais-tu ici à cette heure tardive ? ».

    Que pouvais-je bien répondre à ça ? Visiblement, ce fut ceci. « Je viens tout droit de la réception des premières classes. Qui s'est terminée tard. Pour venir vous rendre visite... ». Un moment de flottement. « J'ai supposé que tout à l'heure, nous n'avons pas réellement eut le temps de se présenter. », ajoutais-je en un sourire. Ceci dit, je ne sus réellement que faire... Lui demander si je pouvais entrer ? Lui tendre la main pour qu'il y dépose un baiser, purement protocolaire ? L'embrasser...? Ce fut cette dernière option qui fut la plus dominante. Ainsi, je me perchais encore plus sur mes talons, pour atteindre ses lèvres, que j'embrassais avec la plus grande délicatesse... Un instant magique, tendre. Amoureux ? Le temps nous le dirait, je comptais bien discuter un peu avec cet homme avant de m'aventurer sur un terrain encore inconnu...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 241
Ҩ CRÉDIT : Lady Fame™
Ҩ ÂGE DU PERSO : 23 ans


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: engagé par une riche famille pour écrire à propos du mari

MessageSujet: Re: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   Ven 1 Juil - 12:27

─═ Et si nous faisions connaissance ? ═─

La soirée de Duncan était décidément pleine de surprises. Aurait-il pu imaginer qu'il n'aurait pas l'inspiration nécessaire pour écrire des lignes convenables ? Aurait-il pu deviner qu'il s'emporterait au point de renverser les affaires posées sur son bureau ? Pouvait-il prévoir qu'une charmante jeune femme frapperait à sa porte alors qu'il était sur le point de se mettre au lit ? Et comment aurait-il pu savoir que cette belle demoiselle déposerait sur ses lèvres un baiser aussi délicat qu'inattendu ? Oui, la soirée de Duncan était visiblement des plus surprenantes, et le jeune homme verrait bientôt qu'elle est encore loin d'être terminée ...

Ce baiser s'était déroulé comme dans un ralenti. Elle s'était approché de lui délicatement, étant de plus en plus près de lui à chaque seconde qui passait. Puis, leurs lèvres finirent par se toucher. Ce fut un baiser délicat mais incroyablement sensuel. Duncan ne réalisa pas tout de suite ce qui se passait, tant cela était surprenant pour lui. Il sentait les lèvres de la jeune femme qui se confondaient avec les siennes. Tandis qu'ils s'embrassaient, Duncan mit sa main sur la joue de la jeune femme d'un geste délicat et protecteur. Puis, leurs lèvres séparées à nouveau, il fit entrer la jeune femme et ferma la porte derrière elle. Qu'allait-il se passer maintenant ? Allaient-ils aller plus loin tous les deux ? Ou discuteraient-ils simplement ? La place était au doute pendant quelques instants...

Mais ce qu'il faut savoir sur Duncan, c'est qu'il n'est pas de ceux qui profitent des femmes allégrement. Même si ce baiser avait réveillé en lui une certaine passion, il ne compterait pas profiter de cet instant merveilleux pour aller plus loin avec la demoiselle. Certains hommes auraient dévêtu la jeune femme, l'auraient couché sur le lit et seraient passé à l'acte immédiatement. Mais ce n'était pas le genre de Duncan, non pas du tout. La jeune femme venait de pénétrer dans le repère de l'écrivain incompris, un repère assez chamboulé d'ailleurs. Le petit emportement de Duncan tout à l'heure avait laissé des traces. Il avait totalement oublié de ranger ce qu'il avait renversé dans cet excès d'agacement. Duncan était très mal à l'aise d'accueillir une si jolie jeune femme dans un endroit aussi dérangé.

« Pardonnes-moi, je ne m'attendais pas à recevoir de la visite ce soir. L'endroit est un peu en désordre. Vraiment, je suis désolé. »

Il se mit à genoux et s'empressa de ramasser ce qui trainait par terre. Évidemment, il aurait préféré que la jeune femme n'assiste pas à cela. Mais il pensait qu'il valait mieux cela que de laisser tout ceci en désordre sur le sol. Une pensée traversa son esprit : que pouvait bien penser la jeune femme d'un tel désordre ? Cela n'avait pas du lui faire une très bonne impression... Duncan espérait qu'il pourrait rattraper cela en se montrant agréable avec elle.

Après avoir remis un peu d'ordre sur son bureau, il regarda la jeune femme. Elle n'avait pas bougé depuis tout à l'heure, semblait immobile. Elle était visiblement très bien élevée puisque, lorsqu'on ne lui disait pas de s'assoir, elle n'en faisait rien. Duncan s'approcha d'elle, un sourire en coin. Il lui prit la main puis la fit s'asseoir sur le lit. Il s'essaya à ses cotés, et posa sagement ses mains sur ses genoux, un peu comme lorsqu'on demande aux enfants de prendre cette posture lors d'une photo formelle. Duncan ne voulait surtout pas passé pour un goujat, un de ces hommes irrespectueux qui se permettent de toucher les filles, de les caresser, avec des arrières pensées peu catholiques.

Duncan souhaitait entamer la conversion avec la jeune femme, mais il craignait de ne pas savoir quoi lui dire. Après tout, tous les deux ne se connaissaient que très peu, alors par quoi pouvait-il bien commencer, lui qui se posait tant de questions à son sujet ? Duncan réalisa avec surprise qu'il ignorait jusqu'aux détails les plus essentiels de la vie de la jeune femme ... à commencer par son nom. Il se questionnait également à propos de son âge, ainsi que de ses centres d'intérêts.

« Parles-moi un peu de toi. Je viens de réaliser que je ne connaissais même pas ton nom. Oh bien sûr, j'aurai pu faire quelques recherches, et je l'aurai connu sans trop de mal ... mais je préférai que tu me l'apprennes de ta bouche. »

Duncan savait que, quoi que cette jeune femme lui apprendrait ce soir à propos d'elle, il n'en serait en rien déçu. Elle semblait si parfaite à ses yeux que même le plus gros défaut qu'elle puisse mentionner lui paraitrait être la plus belle des qualités. Le regard que Duncan portait sur cette jeune femme n'était peut être pas très objectif, mais c'était en tout cas celui d'un homme amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Elle a du penser que si elle sautait, elle s'envolerait ❞
Ҩ MOUETTES : 766
Ҩ CRÉDIT : © Aurélie
Ҩ MOOD : Bipolaire
Ҩ MÉTIER : Libraire
Ҩ CABINE : Cabine B17


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : Libre comme l'air
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: L'appel de la célébrité, réaliser mon rêve ♪

MessageSujet: Re: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   Jeu 7 Juil - 12:28





    On ne peut empêcher un cœur d’aimer…

    Tout semblait si compliqué, mais si simple à la fois. Le baiser que je venais d’échanger avec ce jeune homme avait été si délicat que j’en avais perdu mes repères… Premier réel contact avec sa peau d’une douceur exquise, sa main qu’il déposa tendrement sur ma joue. Un frisson m’avait parcourue, me faisant tourner la tête. Aucun temps de repos n’était permis, et ainsi me fit-il entrer dans sa cabine. Des tas de papiers et de matériel jonchaient le sol… On ne pouvait pas dire de l’endroit qu’il était rangé, mais j’en avais déduit que ce n’avait pas été voulu lorsque le jeune homme, Duncan, me rappelais-je, s’agenouilla pour tout ramasser. « Pardonne-moi, je ne m'attendais pas à recevoir de la visite ce soir. L'endroit est un peu en désordre. Vraiment, je suis désolé. » Un sourire innocent apparu sur mon visage… Oui, il voulait réellement que tout soit parfait pour cette rencontre, pour cette soirée qui se devait si romantique. Patiente et calme, je regardais tout autour de moi, histoire de m’imprégner du lieu. Je me trouvais dans une cabine sans prétention, sans décoration, tout à fait sobre. Un bureau était installé dans un angle, et avait hérité de toute la paperasse. Il croulait sous des feuilles noires de mots, des encriers vides, des plumes usées. Tout à coup je me rappelais que Duncan était monté à bord avec non seulement tout cet attirail, mais également au crochet d’une riche famille. Il n’était pas si difficile de deviner, sachant cela, et à la vue de toutes ces feuilles, tous ces textes, qu’il travaillait dans le domaine de l’écriture. Un écrivain ? Un poète ? Il était en tout cas certain que je l’apprendrais tôt ou tard, de sa bouche ou par un autre moyen…
    Ce fut maintenant à son tour de m’observer. Il me sourit tendrement, d’une manière protectrice qui me fit fondre, en effet. Mon éducation un peu trop maniérée, peut être, m’avait empêché de m’assoir sans l’autorisation du propriétaire des lieux. Pour réparer cette faute, Duncan s’avança lentement vers moi, pour enfin m’inviter à m’assoir sur son lit. Sans doute voulait-il me faire bonne impression, car ce fut de la manière la mieux élevée du monde, et sagement, qu’il joignit ses mains afin de les mettre au niveau de ses genoux. Mon regard s’était depuis longtemps perdu dans le sien, le temps avait suspendu son cours. Cependant, je sentais Duncan mal à l’aise. Mais plusieurs facteurs pouvaient en être la source… Par exemple, simplement parce que j’avais connaissance de son nom, mais qu’il ignorait tout du mien. J’espérais simplement qu’il ne serait pas trop déçu, de ce que je pourrais lui apprendre sur mon passé, par exemple… Ou bien qu’il venait de tomber, vraisemblablement, amoureux d’une simple chanteuse de cabaret. Quelle synchronisation dans mes pensées et ses propos, car il venait d’entamer la conversation sur ces mêmes sujets ! « Parle-moi un peu de toi. Je viens de réaliser que je ne connaissais même pas ton nom. Oh bien sûr, j'aurai pu faire quelques recherches, et je l'aurai connu sans trop de mal... mais je préférais que tu me l'apprennes de ta bouche. » Ses intentions étaient plus que louables, je n’aurais aucun mal à lui apprendre… Je m’apprêtais à ouvrir la bouche, et il semblait dors et déjà suspendu à mes lèvres. Ce fut alors à mon tour d’être un peu mal à l’aise… Ne serait-ce que par un simple fait, même le plus ridicule du monde, je ne savais pas si je devais le tutoyer ou continuer à le vouvoyer. Satané politesse !

    « Bien entendu… Mais je pense qu’une présentation plus approfondie s’impose, en ce cas présent. » Un sourire, puis je commençais à énumérer quelques faits sur moi. À commencer par mon nom, bien sûr. « Je m’appelle Constance. Constance Appleton… Et j’ai vint-et-un ans. » Ses yeux pétillaient de satisfaction, ainsi cela me poussa à continuer cette petite narration. « Je suis française, mais mon accent a totalement disparu depuis que je chante… Je suis la chanteuse du paquebot, Duncan. Et j’espère tellement, tellement être à la hauteur de tes espérances… Je sais que je ne suis pas une grande dame de la première classe, mais je m’en excuse. Un homme aussi gentleman que toi mérite le meilleur, et la plus parfaite des amantes… Ce que je ne suis pas, j’en ai peur… Mon petit frère Eric est mort. Ma famille a couru à sa perte, et s’est ruinée en tentant de le guérir. J’ai abandonné mon autre frère pour partir sans plus jamais leur donner de nouvelles… Et maintenant me voici. Assise sur ton lit, à raconter quelques bribes de mon existence… Oh, je me sens réellement confuse. » J’eus un rire nerveux… Il était vrai que la situation était assez dérangeante, et que je ne savais pas si ce que je racontais était d’un quelconque intérêt. Ma vie avait été tellement mouvementée que je ne savais plus réellement ce que Duncan pouvait penser. Quelles étaient ses pensées, ce qui pouvait en ce moment même traverser son esprit. Mais je n’eus pas eu besoin qu’il s’y reprenne à trente-six fois pour me rappeler que j’étais ici en sécurité. Que son repère et refuge pouvait m’en servir aussi, en cet instant de faiblesse. Je me sentais si vulnérable, à la fois détruite et comme ce sentiment naissant d’amour qui me chatouillait le cœur… La vie avait si cruelle, et elle continuait encore et toujours à se jouer de moi. Il était en tout cas certain que ma « misère » ne ferait pas avancer les choses. Passant outre les bonnes manières, je pris une des mains de Duncan, et la serrai, comme pour me rappeler qu’il était là, amoureux, à mes côtés. Une seule envie me brûlait les lèvres, une irrésistible envie qui me consumait lentement. Si seulement je pouvais l’embrasser à n’en plus finir, sentir son souffle chaud me rassurer, son parfum exquis m’envouter. Sentir son corps encore plus près de moi. Mais il me fallait freiner mes ardeurs, car nous en étions encore à une discussion courtoise. Et puis que penserait-on de moi, si je me jetais ainsi dans les bras d’un homme tout juste rencontré…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 241
Ҩ CRÉDIT : Lady Fame™
Ҩ ÂGE DU PERSO : 23 ans


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: engagé par une riche famille pour écrire à propos du mari

MessageSujet: Re: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   Jeu 7 Juil - 14:50

A la minute où il avait demander quelques renseignements à la jeune femme concernant sa vie, Duncan avait eu le sentiment d'avoir été quelques peu indiscret. Il n'avait pourtant rien demander d'excessif ou de malvenu, mais pourtant ce sentiment tenace s'était emparé de lui. Peut être pensait-il qu'il était un peu tôt pour questionner la jeune femme sur un sujet qu'elle n'aurait peut être pas évoqué d'elle même, peut être tout simplement parce qu'elle n'en aurait pas eu envie. Alors Duncan essayait de se persuader qu'il n'avait pas fait d'erreur en questionnant la jeune femme, et que celle ci ne lui en tiendrait pas vigueur. Mais, au plus profond de son être, son inquiétude grandissait à chaque seconde que mettait la jeune femme à ouvrir la bouche pour - l'espérait-il - répondre à sa question. Duncan en était à un stade où ses mains tremblaient tandis qu'il patientait dans l'espoir d'une réponse tant attendue, quand soudain, il vit la jeune femme s'apprêter à parler.

« Bien entendu… Mais je pense qu’une présentation plus approfondie s’impose, en ce cas présent. »

Cette simple phrase sonnait la fin de l'inquiétude du jeune homme. Par ses quelques mots, la charmante jeune femme assise à ses cotés lui avait fait comprendre, sans s'en douter bien évidemment, que cela ne lui posait aucun problème de répondre à sa question et de parler de sa vie, d'elle-même. Elle semblait même prête à fournir quelques détails, ce qui réjouissait Duncan qui, enfin, pourrait mettre à la fois un nom sur un visage, mais également une histoire sur un nom. La jeune femme arbora alors un sourire irrésistible aux yeux de Duncan, et commença à lui conter quelques bribes de son histoire.

« Je m’appelle Constance. Constance Appleton… Et j’ai vint-et-un ans. »

Par le simple fait d'avoir entendu le nom si mélodieux de la jeune femme, Duncan sentit ses yeux pétiller comme jamais cela ne lui était arrivé. La jeune femme sembla l'avoir également remarqué, et cela a sans nul doute eu pour effet de lui donner confiance et de l'inciter à poursuivre sa narration.

« Je suis française, mais mon accent a totalement disparu depuis que je chante… Je suis la chanteuse du paquebot, Duncan. Et j’espère tellement, tellement être à la hauteur de tes espérances… Je sais que je ne suis pas une grande dame de la première classe, mais je m’en excuse. Un homme aussi gentleman que toi mérite le meilleur, et la plus parfaite des amantes… Ce que je ne suis pas, j’en ai peur… Mon petit frère Eric est mort. Ma famille a couru à sa perte, et s’est ruinée en tentant de le guérir. J’ai abandonné mon autre frère pour partir sans plus jamais leur donner de nouvelles… Et maintenant me voici. Assise sur ton lit, à raconter quelques bribes de mon existence… Oh, je me sens réellement confuse. »

Duncan ne dit rien. Il regarda simplement la jeune femme et lorsque celle-ci eut terminé de lui raconter son histoire, il se contenta de la regarder encore et toujours, sans dire un mot. Il était profondément touché par ce qu'il venait d'entendre. Touché tout d'abord par la tristesse de l'histoire que Constance venait de lui raconté. Touché également qu'elle eu craint de ne point être à la hauteur pour un homme comme lui. Touché ensuite qu'elle se soit sentie confuse après avoir raconté cette histoire. Duncan venait de découvrir qui était réellement Constance Appleton, une jeune femme qu'il ne connaissait jusqu'à lors que par sa beauté, le gout irrésistible de ses lèvres, la chaleur de son regard et, plus récemment, par la mélodie de son nom. Mais, désormais, il en savait beaucoup sur elle. Il connait son histoire, son vécu. C'est à ce moment précis que Duncan comprit que Constance lui faisait assez confiance pour lui parler de sa vie, ce que toute personne n'aurait certainement pas fait.

Tandis qu'il restait toujours muet, Duncan sentit que la jeune femme prit sa main et la serra. Cela le réchauffait quelques peu, lui qui avait toujours craint la froideur des hivers comme celui-ci. Mais ce geste réveillait surtout chez lui la passion qu'il avait tenté d'éteindre afin de ne pas céder à quelques pulsions que ce soit. Car, à défaut d'être un jeune homme romantique et poli, Duncan n'en était pas moins un homme, peu insensible aux charmes de la jeune femme et à ses démonstrations de tendresse. Lui vint alors l'envie irrépréhensible d'embrasser frénétiquement la jeune femme, de la serrer le plus fort qu'il le pourrait et de la caresser le plus délicatement possible. Mais il savait qu'il ne devait pas. Non, il ne devait pas céder à cette envie. Il devait à tout prix garder la tête froide, se sortir cette idée de la tête et penser à autre chose. Mais c'était trop dur. Vraiment trop dur. Que penserait-elle de lui si il se laissait aller à ses désirs cachés ? Ne s'imaginerait-elle pas qu'il fait partie de ces hommes peu respectables qui collectionnent les femmes comme des boutons de manchette ? Non, Duncan tenait trop à l'opinion que la jeune femme avait de lui pour se risquer à perdre son respect pour une passion qu'il savait interdite. Mais lorsqu'il la voyait, si belle, si proche de lui... Il n'avait plus qu'une seule envie : l'embrasser. Duncan regarda la jeune femme, et se décida enfin à dire quelques mots, semble-t-il pour tenter d'ignorer la voix qui, dans sa tête, l'encourageait à aller plus loin avec la jeune femme.

« C'est ... C'est très courageux de ta part de m'avoir raconté tout cela. Je te parlerai bien à mon tour de ma vie, mais je crains qu'elle ne soit pas assez intéressante... »

En disant ces quelques mots, Duncan s'était rapproché d'avantage de la jeune femme, jusqu'à ce que leurs visages soient si proches qu'ils ne leur faudrait qu'un geste, même minime, pour finir l'un contre l'autre. Duncan saisit alors, sans réfléchir, cette occasion pour déposer sur les lèvres de la jeune femme le plus tendre des baisers qui puisse exister. Tandis qu'il pensait pouvoir résister à cette envie qui se manifestait dans son esprit depuis de longues minutes désormais, Duncan venait de réaliser qu'il était bien plus difficile de lutter contre ses désirs qu'il ne le pensait, et que, dans son cas, cela avait été bien vain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

❝ Elle a du penser que si elle sautait, elle s'envolerait ❞
Ҩ MOUETTES : 766
Ҩ CRÉDIT : © Aurélie
Ҩ MOOD : Bipolaire
Ҩ MÉTIER : Libraire
Ҩ CABINE : Cabine B17


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : Libre comme l'air
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: L'appel de la célébrité, réaliser mon rêve ♪

MessageSujet: Re: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   Dim 10 Juil - 19:00





    La tentation existe pour y céder...

    Duncan avait semblé un moment en intense réflexion… Tout autant que moi, alors que je tentais de chasser les idées malsaines qui s’emparaient lentement de mon esprit. Il s’était alors rapproché lentement de moi… J’eus du mal à me rendre compte de la proximité à laquelle se trouvait son corps du mien… Il aurait réellement suffit d’un mouvement pour que nos corps se rencontrent, ça aurait été tellement tentant. Mais pourtant je me forçais à rester impassible, à réguler ce sentiment, cette chaleur qui m’envahissait. Il continua à me fixer si intensément que je ne savais trop comment je parvenais à garder mon calme. « C'est... C'est très courageux de ta part de m'avoir raconté tout cela. Je te parlerais bien à mon tour de ma vie, mais je crains qu'elle ne soit pas assez intéressante... » Dieu sait pourquoi, ces mots me firent esquisser un sourire. Je me retournais vers lui, le regardant fixement à mon tour.

    « Rien de ce que tu pourrais m’apprendre de toi ne saurait être sans intérêt… j’en suis certaine. » Ma parole fut accompagnée d’un charmant sourire, mais étrangement mon regard descendit de ses yeux vers ses lèvres… Je lorgnais à nouveau ces lèvres si douces qui me narguaient depuis tout à l’heure. Je venais de me trahir, mais au diable les convenances, puisque Duncan venait de déposer sur mes lèvres un baiser, auquel je répondis. Posant ma main sur son torse, toujours couvert de sa chemise, je me rendis compte à quel point son cœur pouvait battre rapidement. Je ne cessais de revenir chercher ses lèvres pour les embrasser avec toujours plus de vigueur, puis malgré la tendresse qu’il manifestait, je commençais à plier sous le poids des baisers de Duncan. Je m’étais allongée sur son lit, sans plus aucune intension dans ma tête, qui profitait simplement de son corps contre le mien. Sa main passait dans mes cheveux, tandis qu’il humait avec délice mon parfum… Pour ma part, je venais de relâcher ses lèvres, pour m’enfoncer un peu plus dans son oreiller et ainsi le regarder. L’observer. Le détailler. Il était certain que la situation avait grandement évolué, depuis que j’avais pénétré dans son repère, son univers. Nous étions désormais l’un contre l’autre, presque prêts à passer à l’acte, mais Dieu savait pourquoi, quelque chose nous en empêchait. Un élan de courtoisie ? De la peur ? De l’hésitation ? Il me fallait discerner ce qui avait fait que nous nous avions échangé ces baisers avec passion, et étions pourtant encore parfaitement vêtus, bien que décoiffés. Après cette irrépressible envie de l’embrasser encore et encore, vint le désir de lui retirer ce nœud papillon défait, et cette chemise superflue. Sans doute s’était-il rendu à la soirée donnée en troisième classe, pour être aussi apprêté sans aller dans l’exagération. Les boutons de sa chemise se jouaient de moi, je les aurais presque entendu me railler ‘Déboutonnes-nous ! Déboutonnes-nous !’. Une situation ridicule, pour tout dire. Duncan, quant à lui, me regardait, pour l’instant… Encore et toujours. La passion s’était apaisée, mais cette attirance et cette envie, comme une pulsion entre nous, étaient toujours bien présentes. Le silence aurait bientôt raison de nous, si personne ne réagissait. Alors dès lors, je me redressais, pour que mon visage soit au niveau de celui de mon amant – pourquoi se cacher la vérité ?

    « Nous savons désormais quel sera le pas suivant… il serait idiot de l’ignorer… Et… » Je ne savais pas vraiment s’il était approprié de prononcer ces trois mots, si évocateurs, dès maintenant. Mais ce fut plus fort que moi, et la jeune fille amoureuse prit le dessus. « Je t’aime, Duncan… » Ça aurait été idiot de ne pas avouer la simple vérité. Cet homme aussi sensible que charismatique m’avait simplement fait tourner la tête. Bêtement. J’avais fondu devant son charme comme une écolière, sauf que les temps avaient bien changés… Pendant mon enfance, j’avais manqué de peu le fameux mariage arrangé qui déplait à tant de jeunes filles aux existences presque romanesques. Je faisais partie de ces jeunes filles… Et ma vie n’avait jamais été aussi romanesque qu’en ce moment précis. Aux mains d’un homme pour qui mon cœur battait la chamade, à plier sous ses baisers, et si bien entre ses bras forts… Que demander de plus ? Que pouvait-on espérer de plus que cela ? Cet instant semblait éternel, le temps qui séparait mes paroles d’une éventuelle réaction s’étirait infiniment, jusqu’à me torturer. Cette pulsion, cette irrésistible envie de sa peau, son torse nu contre moi… Plus le temps passait plus j’en devenais folle. Mes pensées fusaient, je ne savais plus où donner de la tête. Il me semblât même que l’idée de partir m’effleura l’esprit, mais ça aurait été totalement démesuré. Mes envies n’étaient pas toutes les plus pures du monde, mais pour l’instant, j’étais encore une jeune vierge que l’on aurait pu qualifier d’innocente, auparavant… Jamais un tel désir n’avait été provoqué en moi, et par chance, ça ne serait pas un de ces hommes puissants et irraisonnés qui me déflorerait… Un vocabulaire plutôt cru, mais le moment n’était plus aux politesses… Seuls les baisers avaient le pouvoir de ramener quelques notes de douceur à cette scène. Un dernier avant que je ne sois à sa merci, pour savourer le plaisir de ses lèvres si tendres et parfumées. J’en aurais abusé, Duncan devrait être un pécher à lui seul. J’aurais alors péché à l’embrasser avec autant d’avidité, comme on peut abuser des bonnes choses. Après tout, la tentation existe pour que l'on y résiste.


    *Je suis désolée, je suis sûre que j'ai merdé, sur ce coup là... :/ Je suis pas hyper contente du résultat >.<*




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...   

Revenir en haut Aller en bas
 

CONSTANCE&DUNCAN Ҩ bienvenue dans mon univers...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.M.S Titanic ::  :: Le second pont :: Les cabines de la seconde classe :: C78 Ҩ Duncan-