Forum rpg sur le Royal Mail Steamer.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
LE FORUM SUBIT UNE TRES LONGUE PAUSE, LE TEMPS QUE LA NOUVELLE EQUIPE DU FORUM REMETTE EN PLACE DES INTRIGUES, ET QU'ELLE FASSE LE MENAGE... ATTENDEZ VOUS A DE GROSSES SURPRISES !
nouveau design, première tâche d'installée, et surtout un recensement en cours... venez consulter les nouveautés du mois (pluvieux) de juillet ! 
n'hésitez pas à nous rejoindre sur la chatbox, les amis. jouez pas aux timides !
privilégiez les hommes et évitez de tous aller en 1ère classe, s'il vous plait. on rentre dans une surpopulation de riches.
privilégiez les officiers et les troisièmes classes ♥

Partagez | 
 

 « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Mar 5 Juil - 19:10


C'était là une bien belle journée qui s'achevait sur le Titanic. On m'avait affecté à la salle des machines et j'avais aidé les ouvriers jusqu'à dix-huit heures environ, heure à laquelle on m'avait autorisé une pause d'une heure pour aller prendre une douche avant de faire mon service du soir. Une fois que ce fut chose faite, j'étais venu m'installer sur le pont, m'accoudant nonchalamment à la rambarde pour fumer ma deuxième cigarette de la journée. Aspirant une bouffée de tabac, je l'expirais lentement tout en fermant les yeux. Je sentais les muscles de ma nuque se raidir lentement et profitait du bien-être que provoquait cette pause bien méritée.

Si je pensais être acquitté de mes fonctions de larbins pendant une heure toute entière, il n'allait pas en être ainsi. Il me restait bien vingt minutes avant de prendre mon service au restaurant quand un jeune homme s'avança vers moi. Je ne le regardais même pas, tournant la tête dans sa direction au dernier moment. Silencieux, je le laissais me parler tout en l'observant : il ne devait pas avoir plus de seize ans. « Vous êtes bien Roghàn O'Cahald ? », me questionna-t-il, hésitant. Je constatais que lui aussi me décrivait avec attention, comme s'il était en train de faire le rapprochement entre mon physique et celui qu'on lui avait décrit de moi. J'acquiesçais sans sourire, d'apparence fade et ennuyée qu'on vienne me troubler pendant ma pause. « Monsieur O'Riley vous demande sur la balustrade. », m'apprit-il en appuyant sur moi deux prunelles pleines d'insistance. Ma tête décrivit un mouvement de bas en haut, acquiesçant une nouvelle fois. « Bien. », soufflais-je tout en me demandant ce que ce charmant passager de première classe me voulait. Oh, j'avais déjà eu affaire à Donovan O'Riley plus d'une fois, et c'était toujours un supplice de me contenir pour ne pas lui sauter dessus. Si vous le voyez... Une plastique parfaite ! Vraiment un très bel homme, et même plus que ça encore. Je m'étais posé des tonnes de questions à son sujet, par exemple pourquoi il me donnait toujours des tâches futiles qu'il pourrait faire par lui-même ? Ou alors pourquoi est-ce que c'était toujours moi qu'il demandait lorsqu'il avait une tâche pénible à faire exécuter à un membre de l'équipage ? Bonne question. Toujours était-il que j'accourrais toujours, dans l'espoir peut-être d'un regard équivoque, d'un geste plus intime qui en avancerait plus qu'une simple relation formelle entre équipage et passager, assistant et assisté. Oui, je voulais bien plus mais j'étais bien trop réservé pour tenter quoique ce soit. Et puis... je n'avais pas le droit de fréquenter les passagers.

D'un pas assuré, les mains enfoncées dans les poches, j'arborais déjà mon costume de serveur quand je m'avançais vers la balustrade, là où mon bel apollon m'attendait. Gravissant habilement les quelques marches d'escaliers qui me séparaient de lui, je pus enfin poser mon regard sur son corps divin. Ciel, je sentais déjà mes ardeurs me prendre au cœur et au corps, et le sang battre un peu plus fort contre ma poitrine. Pourquoi fallait-il qu'il soit si beau ? J'arrivais face à lui sans aucune crainte, le regard fixe dans ses prunelles sans aucune gêne – heureusement qu'il ne pouvait pas y lire tout le désir que j'avais alors à son égard à cet instant, le fruit défendu – et le saluait cordialement avant d'enfin lui adresser la parole.

« Monsieur O'Riley, vous m'avez fait demander ? », m'enquis-je, bien curieux de savoir ce qu'il me voulait. Il était le genre d'hommes pour lequel je fondais facilement, alors je m'efforçais toujours – avec succès, espérais-je – à faire bonne figure pour qu'il ne se rende compte de rien. Le vouvoyer m'écorchait la gorge tandis que je n'aspirais qu'à devenir intime avec lui, tout du moins assez pour en oublier délicieusement les convenances dans ses bras, sur ses lèvres, sur sa peau... La simple vision de son corps m'était délice, et c'était tout brûlant que je l'écoutais me répondre. Que me veux-tu, beau Prince ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Mar 5 Juil - 22:28

J'avais tourné en rond dans la ma chambre tel un lion en cage quasiment toute la journée. Je ne savais plus quoi faire. Je pensais sans arrêt à lui. Il avait fallu que je croise simplement son regard pour que des sentiments que je pensais avoir enfouit refasse surface. Il semblerait que j'avais eu un coup de foudre. Ce n'était pas dans mes plans, mais alors, pas du tout. Habituellement, je planifiais tout et je maitrisais absolument tous les détails de ma vie mais cette fois-ci cela m'échappait totalement. Deux pensées s'affrontaient sans cesse l'une contre l'autre. Le première me disait d'écouter ma raison, c'est-à-dire de l'oublier qu'il ne fallait pas dépasser les limites. La deuxième de me disait d'écouter mon cœur, d'essayer de toute tenter pour l'avoir. J'ai toujours été de nature de passionné malgré mon éducation d'aristocrate. Ainsi le cœur l'emportait sur ma raison. J'invitais des prétextes pour le moins absurde et la plupart du temps tout à fait fausses, juste pour pouvoir le voir. Il devait surement me trouver étrange à toujours faire appel à lui. Je ne savais même pas si j'étais son genre d'homme ou tout simplement s'il était intéressé par les hommes ou pas. Mais une chose était sûr, ce serait lui ou personne.

Après avoir tergiversé toute une partie de la journée, je me décidai à agir. Aujourd'hui j'allais lui dire, Aujourd'hui je gouterais à ses lèvres qu'il soit d'accord ou non. Une lueur déterminée passait dans mon regard et je levai la tête bien haute face à mon miroir, comme si je me lançais un défi à moi-même et je comptais bien le remporter. Je me rendis dans mon dressing et enfila mon plus beau costume. Je passais rapidement dans ma salle de bain pour me recoiffer et une fois satisfait de mon apparence physique, je fis appeler quelqu'un. Un jeune garçon de quinze-seize ans frappant doucement à ma porte. Je ne le laissais même pas rentrer dans ma cabine et lui fit rapidement part de ma demande lui faisant la description physique de Roghàn pour qu'il aille me le chercher puis je lui demandais de faire monter mon repas dans mon appartement sachant que je risquais pas d'aller au restaurant des première classe ce soir. Il s'inclina devant moi avant de partir à petit trot.

J'étais passablement stressé, mon cœur battait la chamade. Cependant, je ne laissais rien transparaitre. Je marchais tranquillement dans les couloirs, fourrant négligemment une main dans la poche de pantalon. D'un air assuré et décontracté, je m'adossais contre le rebord de la balustrade attendant sa venue. Alors que j'étais en train de réfléchir à ce que j'allais bien pouvoir lui dire, je le vis monter les marches. Je sentis une chaleur tout fait reconnaissable se répandre dans mon corps et je me retenais de la plaquer sauvagement contre le parquet de paquebot pour l'embrasser. Ce serait beaucoup trop risqué. Je me contentai de seulement le regarder dans les yeux, évitant ainsi de dévier sur une autre partie de son corps. Comme le protocole l'exiger, il me salua et pris la parole en premier.

« Monsieur O'Riley, vous m'avez fait demander ? »

Je hochai la tête en me décollant de la balustrade. Je détestais l'entendre me vouvoyer cela me montrer qu'il y avait un fossé entre nous. Cela me rembrunit légèrement et lui fit signe de me suivre. Je marchais silencieusement dans les couloirs qui menaient à mon appartement. Nous croisions quelques personnes, des premières classes se rendant dans le restaurant donc des personnes sans grande importance. Je les gratifiais d'un bonsoir polie mais froid alors que je sentais le regard de Roghàn posé sur moi. Nous arrivâmes face à la porte et je le fis entre à ma suite. Je pris alors la parole.

" Si je vous ai fait venir ici, c'est", je pris une légère inspiration pour donner le courage de dire la vérité " parce que j'avais envie de vous voir. Ma demande est surement déplacé mais je me rends bien compte que j'ai abusé de votre temps à cause de toutes les taches futiles que je vous ai chargé de faire pour moi. Permettez-moi de vous inviter à partager ce repas avec moi, si vous le voulez bien"

Je lui indiquai d'un mouvement de bras, la table dressé pour deux personnes qui trônait en plein milieu du salon. Les assiettes étaient sous des cloches d'argents pour conserver la chaleur des mets tandis qu'un seau à champagne était posé sur un petit plateau. Je trouvais que c'était le minimum pour, ce que j'espérais être, un diner galant. Je me penchai vers lui et lui dis d'une voix assuré où transparaissait une note de malice.

" Bien sûr, ceci n'est pas une invitation, et vous êtes obligé de diner avec moi...Ne vous en déplaise"

Je plaçai une main dans son dos, le menant à notre table. J'espérais que tout aller bien se passer et que j'arriverais à me contenir car le simple fait d'être à ses côtés, de sentir son odeur assurément masculine, de le toucher même si sa peau était protégé par ses vêtements me mettait dans tous mes états.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Mar 5 Juil - 23:13

Face à lui, je ne savais pas à quoi m'attendre. Que me voulait-il ? Pourquoi faisait-il toujours appel à moi pour des tâches futiles et improbables ? Je l'ignorais, mais toujours était-il que j'étais bien content que ce fut moi et pas un autre. Être dans les bonnes grâces des bourges ne m'intéressait pas, non, je n'y étais que par profit la plupart du temps, mais avec Donovan O'Riley, c'était tout à fait différent. Je cherchais à lui plaire non pas pour abuser de sa fortune mais pour abuser de lui, tout simplement, pour pouvoir enfin toucher son corps et le sentir contre moi, désir tant de fois refoulé à la vue de sa charmante personne. Il fallait le voir, là, accoudé à la rambarde. J'aurais aimé savoir dessiner comme les artistes qui foulent ce ponton, ainsi aurais-je pu immortalisé ce parfait tableau. Arrivant en face de lui, je le saluais, et il ne m'adressa même pas la parole, se contentant d'assigner un bref signe de tête qui m'indiquait que je devais le suivre. Ce que je fis, comme vous vous en doutez, sans rechigner. L'instant était trop beau, car sur ses talons je pouvais l'observer de dos. Et instinctivement mon regard descendit sur la chute de ses reins, imaginant ses courbes à travers la moulure de ses vêtements. Il ne fallait pas que je flanche, car déjà je sentais mon cœur faire un bond dans ma poitrine et ma gorge devenir sèche. Je n'avais envie que d'une seule chose : être seul avec lui et pouvoir donner un sens à tous mes fantasmes. Or j'ignorais qu'il les partageât.

« Si je vous ai fait venir ici, c'est parce que j'avais envie de vous voir. Ma demande est sûrement déplacée mais je me rends bien compte que j'ai abusé de votre temps à cause de toutes les tâches futiles que je vous ai chargé de faire pour moi. Permettez-moi de vous inviter à partager ce repas avec moi, si vous le voulez bien. », m'invita-t-il une fois que nous fûmes seuls tous les deux dans sa chambre.
Ces pensées résonnèrent un moment dans ma tête : « SEULS TOUS LES DEUX DANS SA CHAMBRE ». Il fallait que je me ressaisisse, et vite ! Mais je pouvais à peine en croire mes oreilles, et ne savais comment interpréter cette invitation. Qu'est-ce que ce dîner représentait, au juste ? Comment devais-je le prendre ? Comme un pardon, comme de la pitié envers un esclave ? Ou comme une attirance ou sympathie quelconque ? Mon regard brûlant se posa sur le visage parfait du jeune homme – de quelques années plus âgé que moi tout de même – et je dus réprimander fortement mes ardeurs si je ne voulais pas lui sauter dessus tout de suite.

« C'est vraiment... très généreux de votre part. », le gratifiais-je tout en le fixant dans les yeux.

Mes prunelles se perdirent sur l'intérieur de sa chambre. Luxueuse comme pas possible, il possédait sans doute l'une des plus belles du paquebot, et ne manquait de rien. Il avait fait installé tout un dîner accompagné de champagne, sous des cloches en argent avec plateaux d'ivoire. Rien ne manquait, et jamais je n'avais eu l'occasion d'assister à un e telle mise de couverts, en tout cas pas pour déguster le plat qui se trouvait en-dessous de ces cloches en argent. D'habitude, c'était à moi de les servir aux autres passagers du Titanic, pas d'endosser la bavette pour me délecter d'un succulent repas. Bouche bée, je contemplais la scène avec stupéfaction, ne sachant réellement comment me comporter face à cette attention que l'on n'avait jamais eue à mon égard. De toute la première classe, il était le premier à m'offrir un dîner.
« Bien sûr, ceci n'est pas une invitation, et vous êtes obligé de dîner avec moi... Ne vous en déplaise. », me dit-il tout en se penchant sur moi, malicieux. Comme il jouait avec cette proximité entre nous, quel jeu dangereux ! Il plaça une main dans mon dos pour me conduire à la table et je sentis un frisson de surprise me parcourir, j'espérais alors qu'il n'ait rien vu. Le fait de sentir ce contact entre nous me rendait presque fou, comment allais-je faire pour conserver mon calme ? Impossible, le sang battait déjà bien trop fort dans mes veines. Et pourtant j'allais devoir faire bonne figure, j'étais en compagnie de quelqu'un de distingué. Un léger sourire – chose rare – prit place sur mes lèvres un court instant avant que je ne recouvre finalement la parole.

« En temps normal je n'ai pas le droit d'accepter de telles faveurs des passagers, comme mon contrat l'impose, mais je suppose que je peux faire une petite exception, pour vous, pour cette fois. », dis-je tout en humectant mes lèvres en passant ma langue dessus, d'humeur coquine. Je pris donc place à table, mon regard ne quittant plus ce bel apollon, brûlant de le sentir contre moi, de profiter de sa peau. Mon cœur battait la chamade, et je voulais qu'il me parle encore, qu'il m'en dise plus sur ce qu'il avait déjà commencer de dire, sur ses intentions, sur le pourquoi du comment il était aussi gentil et prévenant avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Mer 6 Juil - 2:49

Lorsque je posais ma main dans son dos, je le sentis frissonner et je ratais un battement un cœur. Je m'empêchais de sourire comme un idiot car je savais très bien ce que cette réaction voulait dire. Je ne sus comment j'ai fait pour me retenir de l'embrasser à cette instant mais je me suis retenu l'amenant d'un air faussement posé jusqu'à la table. Je sentais l'excitation me gagner de plus en plus. Je n'avais qu'une envie celle de la prendre dans mes bras, de caresser sa peau, de gouter à ses lèvres... Quand il se tournait vers moi et qu'un léger sourire se dessina sur son visage, je le trouvais magnifiquement beau. J'aurai aimé immortalisé ce moment mais je n'avais que mes yeux pour voir ce fugace sourire. Et je me dis que je voulais le voir sourire ainsi plus souvent, rien que pour moi. Le garder loin des autres pour qu'il ne soit qu'à moi, pour que moi seul puisse profiter de sa présence, me parut furtivement comme une excellente idée que je trouvais un seconde après, tout à fait idiote et surtout irréalisable.

« En temps normal je n'ai pas le droit d'accepter de telles faveurs des passagers, comme mon contrat l'impose, mais je suppose que je peux faire une petite exception, pour vous, pour cette fois. »

Je sentis ma gorge s'assécher quand sa langue provocatrice passa sur ses lèvres à la fin de sa phrase. S'il continuait comme ça, je sentais que je n'allais plus pouvoir me contenir très longtemps. Je sentais son regard posé sur moi et mon cœur battait tellement vite et fort dans ma poitrine que j'avais l'impression de l'entendre résonner dans ma tête. Je m'assis en face de lui, ancrant mes yeux bleus dans les siens.

" Je suis honoré de voir que vous faites cette exception pour moi mais j'aimerai que vous en fassiez une autre pour moi. Voudriez-vous bien me tutoyer, et je ferais de même car j'aimerai qu'on sorte du cadre que nous impose l'étiquette puisque nous somme que tous les deux."

Je lui souris avec assurance, appuyant sur les trois derniers mots de ma phrase. En vérité, je doutais car ma demande n'était pas des plus anodine et surtout montrer l'intérêt que je lui portais car seuls les personnes dites intimes se tutoyé. Personnellement, les personnes que je tutoyais se comptait sur les doigts d'une main et que comptais bien l’ajouter à cette liste. J'espérais vraiment que sa réponse serait positive sinon cela me ferait clairement comprendre que je mettais fait un film à son sujet. Je croisais les mains devant moi avec nonchalance et classe alors que je scrutais son visage, la tête légèrement sur le côté comme si j'essayais de lire dans le fond de son âme alors que je faisais que me perdre dans ses yeux clairs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Mer 6 Juil - 16:41

Mon ego ne pouvait qu'être flatté de se retrouver face à un tel homme qui de toute évidence n'était pas insensible à ma personne. Voyez vous-même, de tous les passagers, il était le premier à me lancer une telle invitation. La seule chose qui me mettait mal à l'aise en cet instant était sans doute le temps : effectivement, je n'avais plus qu'un quart d'heure avant de débuter mon service du soir au restaurant et je ne devais pas être en retard au risque d'être mal vu. Ce n'était pas tant que mes supérieurs étaient pénibles, mais je ne tenais pas à les décevoir, j'avais déjà eu beaucoup de chance d'avoir cet emploi sur le plus grand et le plus beau paquebot du monde, je garderai ma place coûte que coûte et ne l'échangerais pour rien au monde. Parallèlement, j'avais fortement envie de rester pour l'éternité en compagnie de mon bel apollon. Mon regard le dévisageait sans aucune honte, je pouvais vraiment être insistant quand je m'y mettais. Mais c'était dans mon caractère, et finalement je savais que j'allais finir par faire quelque chose qui allait me coûter ma place, c'était certain. Parce que ce soir, là, en face de lui, je ne saurais pas me retenir de l'embrasser. C'était comme un besoin vital, ça allait venir d'une simple et unique pulsion. Mais patience, il fallait d'abord que j'en déduise un peu plus sur son compte avant de me lancer. Je n'avais encore aucune preuve de son attirance pour les hommes en général – pour moi en particulier – car il paraissait tellement viril, tellement masculin... Tellement attirant. Je sentais le chaud me monter aux joues, heureusement mes pommettes ne prirent aucune teinte rosée.

« Je suis honoré de voir que vous faites cette exception pour moi mais j'aimerais que vous en fassiez une autre pour moi. Voudriez-vous bien me tutoyer, et je ferai de même car j'aimerais qu'on sorte du cadre que nous impose l'étiquette puisque nous ne sommes que tous les deux. », me proposa-t-il après s'être assis en face de moi, plantant ses prunelles bleutées dans mes yeux clairs.
J'étais en train de brûler à petit feu, oui, de brûler de désir pour cet homme en face de moi qui venait de mettre l'accent sur les trois derniers mots de sa phrase. « Tous les deux », accompagné d'un petit sourire dont il avait le secret et qui faisait tout son charme... Comment ne pas fondre ? J'acquiesçais en baissant les yeux, quelque part j'étais peut-être intimidé par autant de carrure, de prestance, mais aussi pour cacher un sourire victorieux. Si c'était là un signe – et j'espérais que c'en fut réellement un – je l'avais bien capté. Débutant le repas en même temps que lui, je finis par relever le regard dans le sien pour commencer à lui parler, m'emparant de mon verre et le portant dans les airs pour trinquer avec Donovan.
« À cette belle aventure que nous offre le Titanic... », lançais-je en portant le toast. Mes yeux ne quittaient pas ceux du jeune homme en face de moi, maintenant qu'il était si près je ne pouvais pas le lâcher, c'était impossible. Une fois que son verre eut heurté doucement le mien, faisant retentir le cliquetis du verre se frottant l'un contre l'autre dans un petit « ting » sonore, je portais le champagne à mes lèvres, fermant les yeux. Je ne me rappelais pas la dernière fois où j'en avais bu, et il me paraissait à cet instant meilleur que jamais. Sans doute serait-il meilleur encore si je pouvais le boire sur le corps de Donovan, mais on ne peut pas tout avoir non plus, sachons rester nobles et décents !

Au bout de quelques secondes, il me fallut briser le silence.
« Merci, vraiment, de cette charmante attention. J'espère pouvoir te rendre la pareille prochainement, et j'ose espérer que la prochaine fois nous aurons aussi plus de temps... car je prends mon service dans un quart d'heure. », lui appris-je, une petite moue agacée sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Jeu 7 Juil - 1:28

Il y a des moments dans la vie qu'on aimerait oublier à jamais, trop douloureux pour s'en souvenir avec paix mais il y a d'autres moments qu'on trouve beaucoup trop éphémère, des moments d'un bonheur si complet qu'on aimerait qu'il dure toujours. Ce moment que je passais en sa compagnie faisait partie de ceux que j'aurai aimé qu'il soit l'éternel, bien que je sache pertinemment qu'il s'arrêterait tôt ou tard et qu'il ne me resterait que son souvenir. Mais je ne pensais pas à ça, je vivais simplement l'instant présent me gorgeant de sa présence; me plongeant dans ses yeux, admirant sa beauté juvénile et délicate mais indubitablement masculine. J'étais assaillit par des pensées diverses, de questions. Quel goût pouvait bien avoir ses lèvres si tentantes ? Est-ce que sa peau était aussi douce que ce que j'avais pu imaginer ? Quel serait sa réaction si je l'embrassais ? Y a-t-il seulement une chance que mes sentiments soient partagés ? Tel était le genre de question que je me posais. Je me rendais bien compte que même si lui aussi attiré par moi, nous devrions garder notre relation secrète mais le jeu en valait la chandelle. En tout cas, c’est que je croyais.

Lorsque je le vis baissais les yeux en acceptant ma demande, je ratais un battement un cœur. Je ne pus retenir un léger sourire satisfait prenant de manière inconsciente une attitude encore plus assuré qu'habituellement. J'étais maintenant assuré qu'il était vraiment attiré par moi. Mon sang bouillonnait dans mes veines et j'avais bien du mal à retenir mon désir que je contenais depuis trop longtemps à mon goût. Cependant, j'avais envie de le connaitre mieux avant de faire tout rapprochement physique. De savoir ses centres d'intérêt, ce qu'il aimait ou détestait, son histoire, sa vie tout simplement. Plonger dans mes pensées, je commençais à manger pour occuper mes mains me demandant par quoi j'allais bien pouvoir commencer. Roghàn pris alors la parole levant son verre de champagne.

« À cette belle aventure que nous offre le Titanic... »

Je levais à mon tour mon verre, les faisant s’entrechoquer dans un doux tintement. A aucun moment, mes yeux n’avaient quitté les siens comme si les mots belle aventure était là pour décrire que ce que nous étions en train de vivre. Même si j’espérais que ce serait plus qu’une simple aventure entre nous. Je pris une simple gorgée de champagne bien trop occupé à regarder Roghàn. Cette expression qu’il affichait alors qu’il buvait les yeux fermés… Je ne saurais la décrire mais cela me rendit tout chose, pour parler poliment. Et je me demandai fugacement quelle expression il pouvait bien prendre quand il se perdait dans mes méandres de plaisir. Je m’infligeais une claque mentale pour avoir pensé une chose pareil, avant de me dire que j’étais très hypocrite avec moi puisque depuis que je l’avais vu, je ne rêvais que d’une seule chose, le mettre dans mon lit et si possible à vie. Je n’aurai du penser à ça car je fus assaillit par des images relevant de mes fantasmes les plus inavouables. Ma gorge est sèche et je n’osais plus rien dire me rendant compte que ce que je pourrais dire n’étaient pas vraiment des plus appropriés, si je puis dire. Ce fut donc Roghàn qui pris la parole, mettant fin au silence seulement entrecoupé des bruits des couverts dans nos assiettes.

« Merci, vraiment, de cette charmante attention. J'espère pouvoir te rendre la pareille prochainement, et j'ose espérer que la prochaine fois nous aurons aussi plus de temps... car je prends mon service dans un quart d'heure. »

Il afficha une petite moue agacée tandis que moi j’étais extrêmement déçu de voir que je ne pourrais pas profiter de sa présence plus longtemps. J’allais donc devoir passer à la vitesse supérieure et sauter quelques étapes de mon plan. Cela ne me dérangeait pas particulièrement sachant que cette étape serait des plus intéressantes.

« Un quart d’heure …hum… on peut faire beaucoup de chose en un quart d’heure… », Lui dis-je d’un air énigmatique. Je pris une gorgée de champagne en le regardant, un léger sourire ourlant mes lèvres. Puis je posai lentement mon verre ne le quittant pas des yeux. J’avais mon cœur qui tambourinait affolé dans ma poitrine mais maintenant que j’avais décidé de ce que j’allais faire rien ne m’arrêter. Je me levai avec prestance, posa mon bras droite sur la table en face de lui et l’autre main, je dirigeai son visage vers le mien. Je l’embrassa. D’abord avec tendresse, pressant avec délicatesse mes lèvres contre les siennes appréciant leur texture, leur douceur avant d’approfondir notre baiser le rendant plus passionné, goûtant à sa saveur légèrement recouvert par le champagne. J’aurai pu continuer à l’embrasser pendant des heures, mes sens totalement submergés par les sensations que je ressentais à son contact. J’avais l’impression que mon cœur allait se rompre tellement il battait fort. Pendant tout la durée de notre baiser, j’avais gardé les yeux ouvert pour le voir. Mon regard bleu légèrement assombrit par le désir qui me brulait de l’intérieur. Puis j’arrêta de l’embrasser, un sourire ravageur aux lèvres.

« Je crois que j’ai un peu outrepassé les règles… mais je ne m’excuserais pas. Depuis le jour où je t’ai vu, je n’avais qu’une envie te parler et surtout t’embrasser car je crois bien que je suis tombé sous ton charme… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Jeu 7 Juil - 8:47

- -

« Un quart d'heure... hum... on peut faire beaucoup de choses en un quart d'heure... », souffla-t-il d'un ton presque innocent. Je hochais la tête, énigmatique, même si j'avais parfaitement relevé le sous-entendu qu'il venait de glisser. Il ne pouvait pas imaginer à quel point il venait de me mettre du baume au cœur, à quel point j'étais heureux de l'entendre dire une telle chose. C'était un rêve que je n'osais même pas faire, d'imaginer qu'un jour je puisse être intime avec le beau Donovan, riche gentleman de la première classe, passager que – plus que tous les autres – je n'avais pas le droit de fréquenter dans le privé. Car j'étais sur ce paquebot pour un métier, j'avais signé un contrat, et je ne pouvais donc pas prétendre avoir assez de temps libre pour vaquer à des loisirs, encore moins des loisirs charnels avec l'un de ceux qui avaient payé pour avoir un billet en première classe. Cependant, vous vous doutez bien que depuis le temps que j'attends qu'il me remarque, je n'allais pas le laisser s'échapper comme ça. L'instant était bien trop délicieux pour cela ; car c'était l'un de ces moments de suspens où votre cœur bat la chamade en attendant la suite, en patientant pour savoir ce qui va se passer, désormais.

Et c'est alors qu'il se leva de sa chaise pour venir vers moi. De mon côté, j'étais toujours assis, pantois devant la splendeur et la souplesse de ses gestes, et je le regardais, les prunelles brûlantes de désir. Et enfin ce dont j'avais rêvé, ce que j'espérais secrètement depuis que mon regard avait croisé le sien, notre premier baiser arriva. Il m'embrassa avec une douceur presque douloureuse, délicatement – peut-être même un peu trop chastement à mon goût mais Dieu que c'était bon ! - afin de mouler la forme de ses lèvres aux miennes et d'en apprécier la texture. Mes paupières se fermèrent, et je tentais de ne pas perdre mon souffle, coupé par le bonheur. Lorsqu'il rompit notre baiser, ses lèvres me manquaient déjà.
« Je crois que j'ai un peu outrepassé les règles... mais je ne m'excuserai pas. Depuis le jour où je t'ai vu, je n'avais qu'une envie, te parler et surtout t'embrasser car je crois bien que je suis tombé sous ton charme... », déclara-t-il tandis que je frôlais la crise cardiaque. Ainsi donc les sentiments que j'éprouvais à son égard étaient réciproques ; et si je l'avais remarqué dès le début, il en était apparemment de même de son côté. Je me levais de ma chaise presque dans un bond, un sursaut, et je laissais l'une de mes mains se plaquer contre son visage, le maintenant droit tandis que mes lèvres venaient goûter de nouveau les siennes. J'étais déjà essoufflé, de m'être contenu et d'exploser tout à coup, j'embrassai avec fougue et application sa mâchoire, sentant le désir monter en moi comme une flèche tirée d'un arc et heurtant la cible à toute allure, une course d'une vitesse folle et mon cœur déjà s'était emballé.

« Oublions les règles, personne n'exige de toi que tu t'excuses, bien au contraire. », soufflais-je contre sa peau, fiévreux, tandis que je poursuivais toujours mes caresses et mes baisers. Mon corps se colla au sien tandis que mon souffle commença à devenir halte, je commençais à laisser le désir m'emporter et guider mes gestes. Je le fis reculer jusqu'au mur et mes deux mains vinrent agripper le devant de son pantalon tandis que mon visage se faufilait dans son cou jusqu'à son oreille.
« Il ne m'a pas fallut plus de trente secondes pour tomber sous ton charme. », murmurais-je sensuellement. J'avais beau être le plus jeune de nous deux, à cet instant je savais que je prenais des initiatives plutôt risquées. Je laissais même une main se glisser sous son haut, m'octroyant le droit de caresser son torse de mes doigts agiles et pressants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Jeu 7 Juil - 23:25

A peine lui avais-je avoué les sentiments que j'éprouvais pour lui qu'il se leva et plaqua sa main sur mon visage m'embrassant avec fougue. Je sentais contre mes lèvres sa respiration qui se faisait déjà rapide et haletant. Mon désir pour lui n'en fut que plus accru. Toute cette retenue que je mettais imposé fondirent comme neige sous ses lèvres chaudes. Mon cœur battait tellement vite que j'avais l'impression qu'il allait bientôt s'arrêter. Je sentais la chaleur grimperde plus en plus et ma respiration devenir saccadé. Je répondais avec autant d'ardeur que lui aux baisers que nous échangions me perdant dedans alors que je sentais ses mains me caresser avec impatience. Puis il me souffla d'une voix enfiévré contre ma peau me procurant un frisson incontrôlable « Oublions les règles, personne n'exige de toi que tu t'excuses, bien au contraire. »

J'allais répondre quelque chose, absolument d’accord pour oublier toutes les règles en sa compagnie mais quand il vient se collait contre moi…. Son corps fin se moulant à la perfection contre le mien, j'en perdis mes mots déglutissant avec difficulté. Ma gorge devenant soudainement sèche, alors que mon rythme cardiaque ne faisait qu'augmenter. Il me poussa contre le mur de mon appartement, sa main s'agrippant à mon pantalon et son visage se nichant dans mon cou remontant vers mon oreille. Je ne savais pas ce qu'il avait en tête, je ne mettais pas attendu à ce qu'il prenne autant d'initiative et c'était loin de me déplaire alors qu'il me murmurait sensuellement, « Il ne m'a pas fallut plus de trente secondes pour tomber sous ton charme. »

Je fus pris d'une bouffée de chaleur à l'entente de ses mots. Ainsi mes sentiments étaient réciproques et mon désir aussi. Je n'eus le temps de penser plus que déjà il glissait une main sur mon torse. Un violent frisson de plaisir me parcouru au contact de ses doigts agiles et mes muscles se contractèrent. J'aimais ce qu'il était entrain de me faire mais habituellement, c'était moi qui prenait les initiatives et je n'avais pas vraiment envie de changer mes habitudes. Je pris sa main baladeuse dans ma main gauche tandis que de l'autre, je l'attrapai par la taille. Je reviens attraper ses lèvres imposant un baiser urgent et passionné. Je léchai de manière provocatrice ses lèvres en demandant l'accès avant de m'y engouffrer à l'intérieur, jouant sensuellement avec sa langue. Discrétement, je le fis reculer vers mon lit à baldaquin sur lequel je le laissais tomber. Tel un fauve, je grimpai au-dessus de lui continuant de ravager sa bouche avec mon baiser ardent d'envie. Je me laissais totalement dicter par mes pulsions, me consumant de désir pour lui. Mes mains s'occupèrent de défaire le haut de son costume le laissant torse nu face moi. Je descendis ma bouche le long de son cou embrassant chaque parcelle de sa peau alors que je caressais sa peau de bébé douce et soyeuse tranchantavec son corps musclé et viril. Je m’enivrai totalement de la découverte de son corps, mes doigts naviguant sur ses abdos fin en faisant de long va et vient plus ou moins appuyé. Je descendis lentement ma bouche le long de son torse l’embrassant, le léchant ou le mordillant avec délicatesse le marquant comme mien.

Mon esprit était embrumé par toutes ces vagues de plaisir qui me submergeaient peu à peu. Je me sentais fiévreux, malade d’amour et de désir pour lui. J’avais l’impression que j’avais pris feu et qu’il ne s’éteindrait qu’une fois que j’aurai obtenu ce que je voulais le plus à cette instant, c’est-à-dire Roghàn. Je voulais montrer à quel point j’étais capable de lui donner du plaisir pour qu’il en oublie tous les autres et ne pense plus qu’à moi. Arrivant à la lisière de son pantalon, je débouclais sa ceinture avec impatience. Puis je relevai mon visage vers lui. Ancrant mes yeux bleus flamboyant de désir dans les siens, je reviens l’embrasser l’emmenant dans un ballet de langues et de lèvres sensuel et brulant. En même temps, j’avais doucement fait glisser son pantalon en bas de ses fesses. Quittant à regret ses lèvres, je viens lui murmurer d’une voix rendu rauque et chaude par l’excitation.

« Est-ce que je peux continuer ou je vais trop vite pour toi ? C’est que cela fait tellement longtemps que je rêve de te faire l’amour que j’ai du mal à me retenir… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Ven 8 Juil - 12:00


Tout ce que je m'étais imaginé, cette scène que j'avais rêvée des dizaines de fois, n'était rien à côté de ce qu'il était en train de me faire. Je devenais complètement fou entre ses mains, plongé dans une ivresse de ses caresses et de son corps. Bientôt je n'allais plus pouvoir respirer, comme si ma cage thoracique n'allait pas tarder à exploser sous la pression de tant de désir. L'ardeur avec laquelle il répondait à nos baisers ne pouvait que m'encourager à toujours aller plus loin, et même si le temps faisait balancer au-dessus de nos têtes sa hache impitoyable, je profitais de chacune des secondes qui m'était données comme si je devais partir celle d'après. Je sentais ses frissons, toutes ces petites réactions qui me faisaient redoubler d'ardeur ; je ne vais pas te lâcher Donovan.

Emporté dans mon élan, je fus soudain stoppé car le jeune homme vint capturer la main qui se promenait sur son torse pour me lécher les lèvres et m'embrasser avec une passion nouvelle, puis il vint me faire reculer jusqu'à me plaquer sur le lit à baldaquins, sur ses beaux draps. Il grimpa au-dessus de moi et de mon côté je me redressais pour parvenir plus facilement à ses lèvres, me retenant sur mes bras appuyé sur le lit. En deux temps, trois mouvements, je me retrouvais torse nu face à mon bel apollon, et voilà que déjà sa bouche s'aventurait le long de mon cou. J'étais en train de perdre totalement mes esprits, je planais déjà bien haut et c'était tellement bon que j'en redemandais encore ; un gémissement de plaisir retentit d'entre mes lèvres tandis que mes doigts parcouraient les cheveux de Donovan. Je m'abandonnais complètement, laissant ma tête basculer en arrière alors que mon corps se courbait afin d'avoir le plus de contact possible avec celui du beau brun. Je sentais tous mes muscles se crisper, tendus et arqués par l'effet du désir ardent que j'avais envers lui. Car plus rien d'autre ne comptait à l'instant. Plus rien d'autre ne semblait avoir de saveur face à ses caresses.

Prenant les devants – ce qui n'était pas pour me déplaire, bien au contraire – il défit ma ceinture et baissa mon pantalon. Je sentis un drôle de fourmillement me vriller l'estomac et me saisir par les tripes, l'excitation grimpant de plus en plus, et je dardais mes prunelles dans les siennes tandis qu'il se rapprochait de mon visage pour murmurer, après m'avoir divinement embrassé : « Est-ce que je peux continuer ou je vais trop vite pour toi ? C'est que cela fait tellement longtemps que je rêve de te faire l'amour que j'ai du mal à me retenir... », souffla-t-il d'une voix rauque, échaudée par l'excitation. Ma langue passa un instant sur mes lèvres et je me redressais pour être plus proche de lui. Je marquais une courte pause, mon visage se rapprochant du sien, mes doigts se faufilant doucement jusqu'à sa chemise dont je défis habilement les boutons un par un avant de l'en débarrasser. Je découvrais avec bonheur son torse parfait. L'une de mes mains lui encadra la mâchoire, l'autre glissant sur son pantalon, et je rapprochais mes lèvres des siennes, mordillant, suçant, avant de répondre.

« Continue. », dis-je d'un souffle, la voix transformée par le plaisir et l'excitation.
« Continue et surtout, ne t'arrête pas. », ajoutais-je toujours aussi fiévreusement. Je n'en pouvais plus, il fallait qu'il soit mien tout de suite, il fallait que nous le fassions. C'était presque comme un besoin vital, comme une obligation salutaire de ma survie. Ma main posée sur son pantalon l'agrippa à nouveau et je l'attirais sur moi pour enfin retomber allongé sur le dos. J'en profitais au passage pour « tâter un peu le terrain », le caressant avec une petite moue maligne scotchée aux lèvres. Je relevais juste un peu la tête pour lécher son cou, mordiller sa peau tant que ma respiration halte me le permettait ; je me sentais déjà brûlant, mon corps brûlait sous le sien. De ma main bien placée (vous voyez laquelle), je défis le bouton de son pantalon de deux doigts seulement, et glissais ma paume dedans pour caresser ses fesses, ne rompant jamais ce délicieux baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Ven 8 Juil - 18:03

[vu ce que j'ai écris je pense que je peux mettre -18 ans mais étant que j' ai que dix-sept ans ... je sais pas trop quoi mettre xD ]



J'avais l'impression que l'air que je respirais était devenu de la lave en fusion, chaque inspiration était difficile et me rendait de plus en plus brulant. J'avais l'impression de perdre le contrôle. Je le voulais tellement, je le voulais trop. Je n'avais qu'une envie l'entendre gémir sous mes caresses, le voir se cambrer de plaisir et l'embrasser encore et encore jusqu'à en perdre mon souffle et ma raison. J'avais l'impression que mon cœur allait imploser dans l'attente de sa réponse alors qu'il se léchait ses lèvres si tentatrice. Je ne le quittais pas des yeux alors qu’il rapprochait son visage du mien. Je sentais son souffle brulant contre mon visage. Ses doigts venaient ouvrir ma chemise frôlant mon torse avant qu'il ne me l'enlève totalement. Je ne bougeais pas sentant que je n'arriverais pas à me contenir longtemps. J'avais les nerfs tendu à l'extrême prêt à lâcher alors qu'il venait de glisser sa main sur mon pantalon, sa bouche venant attraper la mienne la suçant, la mordillant me faisant frissoner d'excitation Et enfin, il me donna sa réponse. Il souffla un continue si remplit plaisir que je sentis mes entrailles vibrer d'excitation et d'anticipation. Puis comme si ce n'était pas suffisant, il ajouta de manière tout aussi enfiévré: « Continue et surtout, ne t'arrête pas. » alors que sa main m'attrapa par l'avant de mon pantalon m'emmenant avec lui lorsqu'il se rallongeait sur le dos.

A cet instant, j'ai définitivement perdu et éperdument accro à lui. Je soupirais de plaisir à sentir sa main s'aventurer sur mon torse dénudé alors que ses lèvres étaient partie à l'assaut de mon cou me faisant sentir à quel point sa respiration était laborieuse. Il revient m'embrasser et je me perdais encore une fois dans cette océan de sensations mais sachant que chaque minute comptait, que dis-je seconde, je passais rapidement à la vitesse supérieur. Arrêtant le baiser, je remontais les jambes de Roghàn lui enlevant ses chaussures après avoir bataillé quelques secondes dessus en grognant. Retirer les chaussures, c'était toujours la partie la plus chiant et surtout celle qui cassait souvent l'ambiance vu que j'avais jamais trouvé quoique ce soit de romantique ou d'érotique dedans. Quoiqu'il en soit, après avoir maudit à voix basse ses chaussures, je lui enlevai ses chaussettes les envoyant je ne sais où. Je pus ainsi lui enlever tranquillement son pantalon. Puis je lui retirai avec lenteur la dernière barrière de tissu qui m'empêcher de le voir dans son entier nudité. Je restai de longues secondes à simplement le regarder, absolument subjugué. Je m'humectais inconsciemment les lèvres alors que je le regardais sans aucune pudeur. C'est comme si j'essayais de mémoriser chaque détails de son corps. Puis me reprenant, je me déshabillais ne lâchant ses yeux sous aucun prétexte. Je tremblais quasiment l’excitation à la simple idée que j’allais enfin pouvoir le posséder.

Une fois tous mes vêtements à terre, je lui écartai les cuisses en douceur collant mon torse contre le sien. J’enfouis mon visage dans son cou en gémissant de plaisir alors que je me fondais en lui avec lenteur. Les mains accrochées à ses hanches, le désir me brulant la peau, je commençais à me mouvoir en lui. J’haletais submergé par le plaisir intense que je ressentais à être ainsi dans sa chair chaude et étroite. A chaque mouvement que je faisais, je faisais en sorte de le prendre de plus en profondément. Nos torses se frottaient outrageusement l’un contre l’autre. C’était encore mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Je profitais de son corps avec passion et ardeur, augmentant mes mouvements de bassins. J’essayais de me fondre le plus possible en lui, me pressant contre son corps fin. Plus les secondes passaient, plus j’avais l’impression que j’allais être terrassé par tout ce plaisir qui m’inondait. Je soupirais son nom avec ferveur entre mes gémissements de pur plaisir. Je ne savais plus rien. J’étais comme enfermé dans une bulle de plaisir et mon monde ne tournait plus qu’autour d’une seule personne, Roghàn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Lun 11 Juil - 11:55


MDR ; je mets déconseillé aux moins de 16ans, pour ma part, parce qu'ils commencent de plus en plus jeunes de nos jours *SBAF*


S'il continuait ainsi, j'allais mourir de plaisir, mourir de bonheur. Je me sentais tellement bien, là, entre ses bras, que j'aurais pu terminer mes jours ainsi. Cela ne faisait pas beaucoup de temps que je le connaissais, encore moins qu'il m'accordait autant d'importance, mais je sentais déjà que je ne voulais plus le quitter, comme un coquillage accroché à son rocher je ne voulais plus que mon corps ne quitte le sien. Je voulais qu'il soit mien pour l'éternité et que nous finissions tous les deux dans ces draps qui portaient son odeur. J'aurais aimé que demain n'existe pas, j'aurais aimé avoir droit à une pause ce soir, ne pas être obligé d'aller servir les gens au restaurant après avoir fait l'amour avec le plus beau passager du paquebot. Je ne mesurais sans doute pas la chance que j'avais, ou alors j'étais trop obnubilé par ses caresses pour le réaliser.

Fiévreux, je caressais sensuellement son torse, frissonnant de plaisir de sentir son épiderme frémir sous mes caresses. Il était beau, bon sang, qu'est-ce qu'il était beau. C'en était presque indécent, même. Il était vraiment le genre d'hommes qui savait me faire craquer : grand, plus âgé, et qui cache bien son jeu. Tout ce que j'aime ! Donovan entreprit de me déshabiller complètement, bataillant avec mes chaussures et mon pantalon pour enfin me dévoiler à lui dans mon plus simple appareil. Je n'étais aucunement gêné, ni pudique, je n'avais absolument rien à lui cacher et je n'avais rien dont j'étais honteux, fort heureusement. Je le voyais déjà qui s'humectait les lèvres tout en prenant quelques secondes pour me regarder. Couché en-dessous de lui, je le regardais, me consumant avec une petite moue s'apparentant à un sourire sur le visage. Ce fut à mon tour de le mater sans complexe lorsqu'il se déshabilla et je ne pus m'empêcher d'irradier de bonheur, sentant mon cœur battre plus fort contre ma poitrine. Alors je savais, je sentais, que le moment se rapprochait de plus en plus. Le grand moment, celui où enfin nous ne ferions plus qu'un.

Il se fondit lentement en moi tout en collant son torse contre le mien ; j'eus alors un léger gémissement – la pénétration était toujours douloureuse et je n'étais pas du tout habitué à être passif – et je fermais les paupières un instant pour oublier la douleur que cela provoquait. Mais dans le fond j'étais bien trop content de l'avoir pour moi tout seul que le désir effaça toute trace du mal et je m'abandonnais alors totalement et entièrement à ce bel apollon qui m'appartenait le temps de quelques minutes. Disparaîtrait-il ensuite ? Je n'en avais aucune idée, et je n'y pensais pas. Pour l'heure, j'étais trop à l'intérieur du moment et le vivais tellement intensément que la suite des événements et tout ce qui s'ensuivrait n'avait plus aucune importance. Mes doigts griffaient doucement la peau de son dos, le pressant toujours un peu plus contre moi afin de le ressentir au maximum, comme pour le graver sur mon propre corps, l'imprimer dans toutes ses courbes et sa perfection. Des longs gémissements rauques et transportés sortirent d'entre mes lèvres, mon souffle chaud se portait contre son visage à quelques centimètres au-dessus du mien, et ma tête se laissa aller en arrière, mon corps tout entier se courbant en arrière, mon dos se creusant afin d'épouser au mieux les courbes de Donovan.

Dans un élan je me redressais un peu plus pour venir embrasser ses lèvres chaudes, dans un baiser qui était presque douloureux puisque j'allais en perdre le souffle, mais c'était tellement bon. Je me laissais retomber, tâtant toujours avidement la peau de mon partenaire. Mes deux mains descendirent jusqu'à ses fesses que je caressais un instant avant de remonter dans son dos pour enfin m'agripper à ses épaules, gémissant de manière de plus en plus fréquente. Je mordillais doucement ses lèvres tandis qu'il semblait transporté par ses mouvements, je le contemplais, plein d'excitation et d'application dans les coups de reins qu'il me mettait, et je le trouvais toujours un peu plus beau, comme si c'était encore possible. Ce soir, je faisais l'amour avec Apollon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Lun 11 Juil - 21:00


Je t'ai piqué ton image, ça te dérange pas, j'espère x)

Les premiers mouvements du désir communiquent aux idées le charme naturel et puissant des caresses car il y a quelque chose de plus grand que l'homme dans l'amour physique, dans cette volupté charnel, dès qu'on y met un peu de son âme et qu'on y perd son cœur. Je n'avais jamais compris cette phrase que j'avais lue dans un livre mais aujourd'hui, j'en saisissais toute la profondeur. Il me suffisait de le voir gémir sous moi, de sentir ses ongles s'incrustaient dans ma peau à chaque coups de reins puissant que je lui donnais, son corps s'arquant de plaisir alors que mon cœur battaient si fort que cela me faisait presque mal, pour comprendre que j'étais tombé irrémédiablement amoureux de lui, que je ne faisais pas que coucher avec lui mais que je lui faisais l'amour avec toutes les conséquences que cela aurait. Je ne savais pas si notre relation aurait un lendemain, s'il avait plus qu'une attirance physique pour moi mais je ne voulais pas y penser pour l'instant. Je voulais simplement profiter de lui autant que le peu de temps que la vie nous donnait. Je me laissais transporter par la chaleur de son corps, par la sensation de son corps moite contre mien. Je me gorgeais des expressions de son visage. Sa tête rejetait en arrière, sa bouche légèrement ouverte libérant des gémissements rauques qui avaient le don de m'exciter encore plus, ses joues se teintant de rouge alors que nos corps brulaient de plus en plus. Mon dieu, je n'avais vu une personne aussi désirable que lui.

Il vient alors plaquer sa bouche contre ma mien. Nous nous embrassâmes encore une fois avec passion, échangeant notre souffle alors que notre respiration devenait quasiment erratique. Quand l'air se fit insuffisant, il retombait sur les draps alors que ses mains continuaient de me caresser ne faisant qu'attiser un peu plus mon désir. Je continuais à le prendre avec ardeur, m’enfonçant en lui en lui donnant de puissant coup de reins sans relâche cherchant à lui procurer le plus de plaisir possible. J’ondulais mon corps sur le sien, le pénétrant durement mais soigneusement, roulant des hanches pour que chaque passage deviennent plaisir et non brulure, que chaque contact entre eux soit caresse et douceur. Nous ne formions plus qu’un. J’aurai pu continuer à lui faire l’amour pendant des heures et des heures, seulement le temps nous manquait et je voulais lui faire atteindre le sommet du plaisir avant qu’il ne soit trop tard. Je glissais une main sur son ventre plat avant de prendre délicatement son sexe dans ma main. Je lui imposais un rythme soutenu faisant de long et sensuel va et vient alors que je continuais à le prendre avec ardeur. Je revenais l’embrasser, frôlant ses lèvres, les attrapant, les relâchant quand l’air me manquait mais inlassablement je revenais à ses lèvres rougies par tous les baisers que nous échangions.

Le plaisir que je ressentais était si intense que s’en était presque douloureux. J’avais l’impression que ma peau était devenu hypersensible sous l’effet du toutes les caresses que m’avait prodigué Roghàn. Je continuais pendant dans de longues minutes à prendre Roghàn tout en mouvant ma main avec vigueur sur son membre dressé, l’aimant avec passion. Je sentais la jouissance se faire de plus en plus proche alors que j’haletais, mes poumons aspirant l’air avec difficulté. Mes gémissements devinrent rauques alors que mon excitation devenait extrêmement intense. Je sentais mes muscles se contracter dangereusement, signe avant-coureur que je ne pourrais plus tenir très longtemps. Je reviens attraper ses lèvres échangeant un baiser sauvage avant de descendre ma bouche dans son cou. Je me mis à suçoter sa peau lui faisant une marque violacé, le marquant comme mien. Puis ancrant mon regard emplit de désir dans ses yeux, je lui dis d’une voix rauque et chaud : « Roghàn… J’en peux plus. Je vais… venir… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Mar 12 Juil - 19:39


Pas du tout, je partage volontiers x)

Et quand je pense que dans quelques minutes, j'allais devoir m'arracher aux bras de mon amant pour regagner le restaurant... Cet instant semblait pourtant comme gravé dans l'éternité, comme s'il n'était pas possible qu'il s'arrête brusquement, comme ça, d'un seul coup, en ne laissant derrière nous que le souvenir de cet agréable instant et des draps froissés par le désir de deux jeunes individus qui s'étaient prouvé leur attirance mutuelle. Oh ça, pour me le prouver, Donovan était très fort, et jamais je ne l'aurais cru ainsi derrière ses airs de bourgeois de bonne famille à la prestance sans égal. Il était tellement différent, me paraissait à des années lumières de la première fois où mon regard avait croisé le sien, désormais il était tellement plus accessible. C'était le moins que l'on puisse dire, en fait... Finalement, coucher avec lui avait été mille fois plus simple que je n'aurais jamais pu me l'imaginer. Mais si en temps normal j'aurais juste rit de la situation et si je n'aurais fais de cette aventure qu'un simple flirt, une simple tête de plus à mon tableau de chasse, aujourd'hui ce n'était pas le cas. Donovan était l'une de ces personnes que l'on ne laisse pas passer, l'une de celles que l'on garde. Et ça, emporté dans le tourbillon de sensations qu'il provoquait en moi, je ne l'avais pas encore compris.

Chacun de ses gestes, chacune de ses caresses était du pur délire, il avait le don de me faire totalement perdre mes esprits, je ne répondais plus de moi, coincé sous ses bras. Soudain il s'empara de mon attribut masculin pour me faire profiter moi aussi un peu, et m'imposa un rythme endiablé. Mes gémissements étaient de plus en plus fréquents, de plus en plus forts et intenses, tant et si bien qu'une personne qui se baladait dans le couloir les aurait sûrement entendus. Je me cambrais plus que jamais en arrière, mes mains moites glissant sur le dos de mon partenaire, et je commençais sérieusement à ne plus sentir l'air s'engouffrer dans mes poumons. Paradoxalement, c'était tellement bon, parce que c'était le plaisir qui bloquait tous mes sens, j'étais en transe, emporté dans un autre monde par le beau, le grand, le sublime, le désirable Donovan O'Riley. Les baisers que nous échangions étaient délicieux, et je passais furieusement mes mains dans la chevelure du bel homme, m'imprégnant à fond de son parfum, de son odeur corporelle.

Nous faisions l'amour comme des sauvages, c'était bestial et tellement bon ; nous aurions pris plus d'application si je n'avais pas été à ce point pressé par le temps, hélas. Je l'avais laissé prendre les rênes, je m'étais totalement livré à lui sans aucune pudeur, sans aucune crainte ; je n'avais pas eu peur une seule fois, car inconsciemment je lui avais donné toute ma confiance. Oui, je faisais confiance à cet homme que je ne connaissais même pas, je lui faisais entièrement et pleinement confiance alors que ce n'était nullement dans mes habitudes de l'accorder à qui que ce soit. Il me laissa en souvenir un beau suçon dans le cou, marque qui me rappellerait délicieusement cet instant divin que nous avions partagé. Et le gong retentit soudain : « Roghàn... J'en peux plus. Je vais... venir... », souffla-t-il en plongeant son regard dans le mien. Un sourire de satisfaction et de plénitude se dessina sur mes lèvres tandis que je le pressais un peu plus contre moi. « Jusqu'au bout... », répondis-je tandis que je sentais mes muscles se crisper, je commençais déjà à trembler d'extase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Jeu 14 Juil - 0:33


Lorsque je lui soufflai que je ne pourrais plus contenir longtemps le désir que j'éprouvais pour lui, un sourire de satisfaction, que dis-je de plénitude, apparut sur son visage angélique. Mon cœur s'emballa encore plus dans ma poitrine comme si c'était encore possible. Il souffla comme réponse, les mots les plus excitants que je n'avais jamais entendus. « Jusqu'au bout... » Je sentais qu'il se crispait encore plus, se resserrant de l'intérieur, ne faisant que renforcer les sensations qui me menaient de plus en plus vers l'extase. Sentant qu'aucun de nous deux ne pourrait supporter de se retenir plus longtemps, j'augmentant encore plus mes mouvements de reins dans un dernier effort. Nous faisons l'amour bestialement. C'était la première fois que je me lâchais autant, comme si ma vie dépendait de cet instant de jouissance que je partageais avec lui. Son corps sous le mien, si cambrait, si fin, si désirable s'abandonnant en toute confiance entre mes mains me rendait quasiment fou. J'essayais à chaque coup de hanches que je lui donnais de l'amener un peu plus vers l'orgasme, jusqu'à ce que je n'en puisse plus. Je fis encore quelques longs et profond va et vient, totalement perdu dans le plaisir qui contractait chacun de mes muscles. Ma main s'occupait toujours son attribut masculin continuant de lui imposer un rythme sauvage pour que nous puissions venir en même temps. J'haletais avec difficulté, ma bouche ouvert cherchant l'air qui ne voulait plus rentrer dans mes poumons alors que je me faisais terrasser par la vague de plaisir la plus intense qu'il soit. Je voyais de milliers de point blancs danser dans devant mes yeux, engourdissant mon esprit alors que je me répandais en Roghàn, tremblant dans l'extase. Au même instant, je sentais glisser sur mes doigts l'essence de Roghàn qui se cambrait sous moi atteignant lui aussi la jouissance et la satisfaction des sens.

Mes forces m'avaient quitté alors que mes muscles se relâchaient enfin. Je posai la tête sur son épaule, aspirant à fond son odeur. Je baignais dans le bien-être absolu. Je n'aurai quitté pour rien au monde la place que j'avais à cet instant. Je sentais sous moi le corps de Roghàn tout aussi détendu ce qui ne faisait que renforcer mon sentiment de plénitude. Je l’embrassai doucement sur l'épaule avant de remonter lentement le long de son cou pour venir capturer ses lèvres l'embrassant lentement et avec douceur. C'était à peu près tout ce dont j'étais capable de faire à cet instant, ressentant encore puissamment les effets de l'orgasme sur moi. Puis pour ne pas l'écraser, je m’allongeai à ses côtés reprenant peu à peu une respiration normale. J'avais chaud, j'étais moite de sueur, mais qu'est-ce que j'étais bien. Un sourire d'intense satisfaction apparut sur mon visage. Puis je glissais tranquille ma main sous sa taille le rapprochant de moi. Je le collai contre mon torse, le mettant au-dessus de moi. Je caressais doucement ses fesses que j'avais malmenées durant notre étreinte passionnelle. Me redressant, je viens l'embrasser amoureusement m'enivrant de ses lèvres chaudes. Je plongeais une main dans ses cheveux penchant la tête sur le côté pour approfondir le baiser alors que mon autre main était occupée à caresser le bas de ses reins. Je l’embrassais à long moment car comme disait Maupassant, un baiser est la plus façon de se taire en disant tout. Puis lâchant ses lèvres, je reviens embrasser sa nuque où je lui avais fait mon suçon avant de poser mon front contre le sien, le regardant dans les yeux.

" Si je m'écoutais, je te ferais l'amour toute la nuit...", lui murmurais-je l'oreille alors que je savais pertinemment que dans à peine cinq minute, il allait de voir partir prendre son service. Cela aurait été tellement plus simple s'il n'avait pas fait partie de l'équipage. En tant que voyageur nous aurions pu nous voir à n'importe quelle heure du jour et de la nuit mais ce n'était pas le cas. Cependant, je savais qu'il ne servait à rien de faire plein de supposition en si car cela n'apportait strictement rien de concret. Je l’enlaçai tendrement alors que je me levais du lit. Le portant dans mes bras comme s'il n'était pas plus lourd qu'une plume, je l’emmenai dans ma salle de bain privé, privilège des plus riches. Un bain avait préparé à mon attention, l'eau devait maintenant être tiède mais après de telles activités de chambre, je pense qu'il était indispensable que Roghàn et moi prenions un bain, surtout qu'il avait son service à faire au restaurant. Je nous fis rentrer dans l'eau plaçant Roghàn dos à moi et entre mes jambes. Le pressant contre mon torse, je posais ma tête sur son épaule. Je l’embrassai au coin de sa mâchoire en souriant légèrement. J’étais tout simplement heureux de l’avoir dans mes bras et je n’arrivais toujours pas à croire que je venais de lui faire l’amour. La réalité était mille fois mieux que dans mes rêves. Je ne voyais pas ce que je pourrais demander de plus, à part du temps. Je profitais donc de l’instant présent avec lui, ne réfléchissant pas encore à après. Après, était beaucoup trop abstrait à mon goût.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

    ❝ Take it on the Otherside ❞
Ҩ MOUETTES : 243
Ҩ CRÉDIT : Warphan
Ҩ MOOD : Comblé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 20 ans
Ҩ MÉTIER : Membre de l'équipage
Ҩ CABINE : A30


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire & bisexuel
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: Pour fuir l'évidence.

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Ven 15 Juil - 22:13



Nos deux corps s'épuisèrent les deux en même temps, nous étions dans une parfaite symbiose et nous jouissions tous les deux à quelques secondes d'intervalle. Redescendant lentement de ma transe, je fermais les paupières, un sourire de plaisir scotché aux lèvres et les cheveux en bataille. En rouvrant les yeux, je découvrais mon amant, allongé à mes côtés, et je retournais à son corps en moins de temps qu'il fallait pour le dire, m'allongeant sur son torse, caressant ses lèvres avec les miennes. Tout de lui m'était désir, tout en lui me plaisait. De son petit air qui cache bien son jeu jusqu'à sa plastique parfaite, et même si je ne savais pas du tout comment il était dans la vraie vie parce qu'il fallait aussi admettre que je ne le connaissais pas le moins du monde, j'étais persuadé que nous étions faits pour bien nous entendre. Nos deux corps déjà n'avaient plus de secrets l'un pour l'autre, il ne manquait plus que mon âme rencontre la sienne pour que nous puissions enfin dire que nous nous connaissions. Mais maintenant que tout était terminé, maintenant que j'avais connu l'extase entre ses bras, comment est-ce que les choses allaient évoluer ? C'était toujours dans ce genre de moments que grimpait l'incertitude, mais pour l'heure je fus soulagé quand nous entrâmes tous les deux dans le bain chaud qu'il avait fait couler. J'aurais pu mourir dès l'instant où ma tête s'était calée sur le torse du beau brun, là tous les deux dans l'eau, je serais mort en homme heureux.

« Si je m'écoutais, je te ferais l'amour toute la nuit... », murmura-t-il dans le creux de mon oreille. Il ne pouvait pas imaginer combien ses caresses m'étaient délice, combien j'adorais – non, je vénérais – le contact de ses lèvres sur les miennes. Le simple fait de me savoir blotti contre lui suffisait à me réchauffer le cœur. OH MON DIEU ! Mais qu'est-ce que j'étais en train de penser, si je commençais à devenir mièvre et niais, je n'allais jamais m'en sortir. Non, je n'étais pas quelqu'un qui faisait de longues éloges de l'amour, tout simplement parce que je n'y croyais pas, ou tout du moins j'avais énormément de mal à y croire. On avait beau déjà m'avoir dit que l'amour physique était sans issus, je trouvais cependant que c'était le seul amour dont on se défaisait aussi facilement. « Tu devrais t'écouter plus souvent. », plaisantais-je, laissant un léger rire s'échapper d'entre mes lèvres. J'étais parfaitement installé contre le prince charmant en personne et pourtant, je pensais honteusement à fumer une cigarette. L'instant aurait été sensiblement parfait sous tous points de vue. Mais pour l'heure je me contentais de pencher la tête en arrière pour atteindre les lèvres de mon bel apollon, je les mordillais lentement et avec application en faisant bien attention de ne pas lui faire mal. Je restais ainsi pendant cinq bonnes minutes, me mettant ainsi définitivement en retard, je devrais déjà être au restaurant, mais je m'en fichais, j'avais plus important à penser pour le moment. Je m'extirpais du bain, prenant une serviette afin de me sécher, enfilais de nouveau mon boxer et marquais un temps de pause comme si quelque chose venait de me choquer. Alors je retournais mon regard sur Donovan, m'humectant les lèvres. « Tu sais... euh je... Je te remercie pour tout ça, enfin, j'espère qu'on se reverra. », dis-je avant de continuer – à regrets – de me rhabiller.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   Sam 16 Juil - 1:45

[Je crois qu'il y plus besoin d'interdiction au moins de 16ans, à part si c'est vraiment des chochottes .... ]

La caresse de l'eau sur ma peau ajouter la douceur de la peau de Roghàn contre moi m'apaisait totalement. J'étais bien, tout simplement. J'avais l'impression d'avoir trouvé ma place. Pourtant, j'essayais de calmer tous mes pensées car rien n'était certain. On ne construisait souvent pas grand-chose à partir d'un simple rapport charnel. Moi, dès l'instant où j'avais croisé son regard j'étais tombé irrémédiablement amoureux de lui. Un coup de foudre digne des livres les plus romantiques qui soit. Cependant, est-ce que lui m'aimait aussi ? La, était la grande question. Je n'en savais strictement rien, je pouvais juste dire que c'était bien la première fois que je faisais l'amour ainsi. Je n'avais jamais ressenti une chose pareille, un tel feu d'artifices de sensations. Rien que pour cela, je ne regrettais pas. Au moins, s'il n'avait pas de sentiments réciproques envers moi, j'aurai pu découvrir son corps et voir l'expression de son visage quand la jouissance l'emportait. Peut-être était-il le genre d'homme à n'avoir que des relations sans lendemain ne croyant pas en l'amour durable et sincère. Quoiqu'il en soit, je ferais en sorte de le faire changer d'avis et de lui montrer que j'étais l'homme qu'il lui fallait.

Après que je lui ai murmuré à l'oreille que si je m'écoutais, je lui ferais l'amour tout la nuit, un rire léger s'échappa de ses lèvres. Mon cœur ne sut résister à ça et se mit à battre à perdre l'haleine. Je le trouvais définitivement beau. J'étais définitivement accro à mon ange et je rendis compte de quel façon déconcertante il a su capturer mon cœur. J'étais trop romantique pour mon bien, c'était d'ailleurs le seul trait qu'on pourrait qualifier de féminin chez moi, c'est-dire-à quel point je ne le suis pas. Je souris légèrement quand il dit: « Tu devrais t'écouter plus souvent. » Ah si je m'écoutais, les choses folles que je serais capable de faire... Mais j'avais toujours mon éducation d'aristocrate qui me retenait dans tous mes excès et mes envies sauf avec Roghàn, il semblerait. J'avais complétement cédé à l'appel de son corps. Il relevait alors la tête vers moi, mordillant mes lèvres avec une lenteur diabolique. Je répondais en douceur me laissant transporter sachant qu'il partirait dans peu de temps. Puis il sortit du bain. J'admirais son corps élancé où des gouttes glissaient doucement sur sa peau que je savais si douce. A cet instant, j'aurai bien aimé être une goutte pour épouser et caresser son corps. Je ne lâchais pas des yeux, détaillant chacun de ses gestes qui étaient d'un érotisme sans fin. Alors qu'il enfilait son boxer m'enlevant le plaisir de profiter de la vue si attrayante de son postérieur, il arrêta de bouger comme si une pensée choquante venait de fleurir dans son esprit. Je haussai un sourcil posant négligemment mon coude sur le rebord de la baignoire. Je me demandais bien ce qu'il allait me dire. Il se retourna vers moi, s'humectant les lèvres comme s'il était hésitant sur la conduite à tenir. Cela ne fit que m'angoisser sur ce qu'il s'apprêtait à me dire.

« Tu sais... euh je... Je te remercie pour tout ça, enfin, j'espère qu'on se reverra. »

Je me retiens de soupirais de soulagement. J'avais imaginé qu'il me sortirait quelque chose comme" c'était sympa mais vaut mieux qu'on en reste la" ou quelque chose dans ce goût-là. Je sortie de la baignoire et enfila un peignoir. Je l’attrapai par la taille collant nos bassins l'un contre l'autre puis je capturai ses lèvres avec assurance avant de lui répondre.

"On se reverra. Demain, 14 heures au fumoir. Je l'ai réservé pour moi seul pendant quatre heure et tu seras mon serveur très privé, comme ça pas de problème avec tes patrons. Il faut bien que mon statut de la deuxième personne la plus riche de ce paquebot serve à quelque chose. Bien sur, je ne t'oblige à rien. Tu es libre de venir mais sache que je t'attendrais."

Je le regardais dans les yeux, mes prunelles bleues reflétant mon amour et ma résolution sans faille. Puis je caressa doucement sa joue avant de boutonner sa chemise que je lui avais enlevé, il y avait à peine 15 minutes. Les quinze minutes les plus intenses de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Baiser ! Rose trémière au jardin des caresses. » ★ 'VAN&ROG'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.M.S Titanic ::  :: Le premier pont :: Les appartements de la première classe :: D06 Ҩ Donovan-