LE FORUM SUBIT UNE TRES LONGUE PAUSE, LE TEMPS QUE LA NOUVELLE EQUIPE DU FORUM REMETTE EN PLACE DES INTRIGUES, ET QU'ELLE FASSE LE MENAGE... ATTENDEZ VOUS A DE GROSSES SURPRISES !
nouveau design, première tâche d'installée, et surtout un recensement en cours... venez consulter les nouveautés du mois (pluvieux) de juillet ! 
n'hésitez pas à nous rejoindre sur la chatbox, les amis. jouez pas aux timides !
privilégiez les hommes et évitez de tous aller en 1ère classe, s'il vous plait. on rentre dans une surpopulation de riches.
privilégiez les officiers et les troisièmes classes ♥

Partagez | 
 

 Beth - Il y a certaine chose qu'on ne peut dire qu'à sa meilleure amie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

❝ Hissez haut matelot ! ❞
Ҩ MOUETTES : 518
Ҩ CRÉDIT : Akana
Ҩ MOOD : faussement posé
Ҩ ÂGE DU PERSO : 25
Ҩ MÉTIER : noble & homme d'affaire
Ҩ CABINE : D06


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : célibataire mais amoureux
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: pour laisser mon passé derrière moi et faire fructifier mes affaires financiéres

MessageSujet: Beth - Il y a certaine chose qu'on ne peut dire qu'à sa meilleure amie   Lun 8 Aoû - 0:52

Un rayon de soleil vient s'échouer sur mon visage me faisant grogner doucement. J'aurai bien aimé rester quelques minutes de plus dans les bras de Morphée mais la nature en voulut autrement. Toujours allongé dans mon lit aux draps froissés, je passai une main dans mes cheveux, un sourire de satisfaction ourlant mes lèvres au souvenir de la nuit que j'avais passé en compagnie de Roghàn. En réalité, notre étreinte n'avait pas durée plus de quinze minutes. J'aurai tellement aimé que cela dure plus longtemps mais on n'a toujours tout ce qu'on veut dans la vie. L'argent n'achète ni le temps ni l'amour. Je m'étire nonchalamment détendant mes muscles avant de tourner mon regard avec l'horloge. J'avais encore largement assez de temps devant moi pour encore profiter de la chaleur mon lit et respirant l'odeur de mon amant incrusté dans mes draps. M'allongeant sur le ventre, je fis glisser d'une main le drap moite qui recouvrait mon corps nu. J'enfouissais mon visage dans l'oreiller en plume en soupirant de bien-être.

Finalement, me trouvant très peu intelligent à rêvasser comme ça, tel une vierge fraichement dépucelée, je me redressai. Je m’étirai tranquillement faisant rouler mes muscles sous ma peau. Je me rendis dans ma salle de bain m'aspergeant le visage d'eau froide pour pleinement me réveiller avant de me rendre compte que la servante commis d'office à ma chambre était là. Elle était littéralement figée, une serviette blanche à la main tranchante fortement avec la teinte rouge vive qu’avaient prise ses joues. Nullement gêné, je lui demandai sur un ton posé si elle aurait l’obligeance de me passer cette serviette. Prestement elle me la passa, faisant bien attention de ne pas descendre son regard. Je l’enroulai autour de mes hanches alors qu’elle sortait avec empressement de la salle de bain. D’un pas plus mesuré, j’allais à mon dressing choisissant mes habits du jour tout en demandant à la jeune servante de m’apporter mon petit-déjeuner dans ma chambre et de ne pas toucher aux draps de mon lit. Un « bien monsieur » me répondit et j’entendis la porte de mes appartements se fermer. Me sachant seul, je fis glisser ma serviette à terre ayant toujours eu cette fâcheuse tendance à aime être vêtu juste de ma peau. Cela datait de mon enfance, où je jouais avec les enfants du personnel du château dans la rivière. Je ne comptais même pas le nombre d’éclat de rire que j’eus à cette époque. Une période d’insouciance, d’innocence et de malice. Un temps depuis fort longtemps révolu.

Aujourd’hui, j’étais un homme ayant des responsabilités et un nom à honorer. Sur cette pensée, je terminai de fermer ma veste et coiffé rapidement mes cheveux sachant qu’en allant sur la promenade, le vent aura tôt fait de les décoiffer. Accrochant ma montre à mon poignet, j’entendis la porte s’ouvrir et le bruit d’un plateau posé sur une table. Mon petit-déjeuner était servi. Je regardais quelques instants mon assiette typiquement irlandaise trouvant toujours aussi impressionnant la diversité des aliments que j’arrivais à manger le matin. Puis sans plus attendre, j’attaquai mon œuf au bacon puis passa à l’assiette saucisses ,haricot, tomates et pomme de terre avant d’avaler mon porridge et de tartiner mes tranches de pain aux céréales de beurre et de confiture faisant descendre tout ça avec une tasse de café et un verre de jus d’orange. Et même en ayant mangé ce repas gargantuesque, je ne me sentais nullement serré dans mon costume.

J’essuyai tranquillement ma bouche et me leva remerciant la jeune femme et sortant de mes appartements pour rejoindre le point de rendez-vous sur la promenade. Une main négligemment fourré dans ma poche, je marchais avec assurance sifflant une ballade irlandaise. J’étais d’excellente humeur et je savais exactement pourquoi. Arrivant au lieu-dit, je m’accoudai sur la rambarde regardant l’océan qui s’étendait à perte de vue. Je tapotais le rebord du bout des doigts tapant la mesure alors que je continuais de siffloter ma balade irlandaise. J’attendais nullement pressé la venue de Beth tapotant du pied contre le bois du bateau. Le vent caressait doucement mon visage et le soleil jouait à cache-cache avec les nuages. Une belle journée s’annonçait. Je comptais bien en profiter. Surtout que commencer sa journée en parlant avec sa meilleure amie me semblait un très bon début. De plus j’en avais des choses à lui dire, des choses qu’on ne dit qu’à sa meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Beth - Il y a certaine chose qu'on ne peut dire qu'à sa meilleure amie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R.M.S Titanic ::  :: Pont des embarcations :: La promenade-