Forum rpg sur le Royal Mail Steamer.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
LE FORUM SUBIT UNE TRES LONGUE PAUSE, LE TEMPS QUE LA NOUVELLE EQUIPE DU FORUM REMETTE EN PLACE DES INTRIGUES, ET QU'ELLE FASSE LE MENAGE... ATTENDEZ VOUS A DE GROSSES SURPRISES !
nouveau design, première tâche d'installée, et surtout un recensement en cours... venez consulter les nouveautés du mois (pluvieux) de juillet ! 
n'hésitez pas à nous rejoindre sur la chatbox, les amis. jouez pas aux timides !
privilégiez les hommes et évitez de tous aller en 1ère classe, s'il vous plait. on rentre dans une surpopulation de riches.
privilégiez les officiers et les troisièmes classes ♥

Partagez | 
 

 (m) DARREN CRISS Ҩ Never knew I could feel like this.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

❝ Elle a du penser que si elle sautait, elle s'envolerait ❞
Ҩ MOUETTES : 766
Ҩ CRÉDIT : © Aurélie
Ҩ MOOD : Bipolaire
Ҩ MÉTIER : Libraire
Ҩ CABINE : Cabine B17


Beyond the ice
Ҩ ETAT CIVIL : Libre comme l'air
Ҩ CARNET D'ADRESSE :
Ҩ POURQUOI ?: L'appel de la célébrité, réaliser mon rêve ♪

MessageSujet: (m) DARREN CRISS Ҩ Never knew I could feel like this.   Sam 18 Juin - 17:48



Duncan R. Kingston

LIBRE RÉSERVÉ PRIS
Ҩ NOM DU PASSAGER : Duncan Roy Kingston
Ҩ LIEU DE DÉPART : Queenstown
Ҩ ÂGE : 23 ans
Ҩ ORIGINAIRE DE : Écosse
Ҩ AVATAR : Darren Criss
Ҩ CLASSE: Deuxième classe

Depuis sa plus tendre enfance, Duncan a su habilement nourrir sa passion de la poésie. Toujours avec une plume à la main, rêveur, il n'aimait pas la compagnie des autres garçons à l'école. Elle lui coupait son inspiration, disait-il. Et pour cause, il avait des notes exemplaires, et était doté de ce talent inné que Shakespeare avait autrefois... Duncan était ce magique faiseur de mots, qui nouait de belles phrases pour mieux les désunir, en poésie. Ses parents en furent sciés, si bien qu'ils lui proposèrent vite de poursuivre sa scolarité ailleurs. De faire des études de lettres, plus poussées. De devenir écrivain. Poète. Crieur sur la place publique. Ils avaient tant de projets en tête pour leur enfant prodige... Mais ce fut sans hésitation qu'il se lança, à ses 17 ans, dans des études d'écriture, dans le but de faire une carrière d'écrivain. Il délaissa la poésie pendant un temps, pris par sa scolarité. Visiblement, ses efforts avaient payés. Il sortit de sa formation changé, et prêt à affronter le doux mais dur monde de l'écriture. Ainsi, à ses vingt-trois ans, il fut repéré et engagé par une riche famille pour les accompagner à bord du Titanic... Il serait chargé de relater les exploits du mari, en enjolivant le plus possible, bien entendu. Même passionné par son travail, la traversée risquerait d'être bien longue... À moins que ? Le jour où une fragile créature entra dans sa vie, les heures devinrent des secondes. Les jours devinrent des heures.
Constance E. Appleton
Certaines personnes ne croient pas au coup de foudre, et prétendent qu'il ne s'agit que d'une réaction dans notre cerveau, logique et pleine de science. Mais pas eux. Ils étaient tous deux d'éternels romantiques et s'étaient plu, au détour d'un couloir. Les circonstances étaient plutôt singulières, car Constance venait de se faire déflorer par Léonard Booker, un mâle plutôt plaisant à l’œil mais terriblement rustre. La fragilité de la jeune femme n'en avait été que plus affectée, et voir Duncan provoqua en elle ce petit soubresaut. Ce petit pincement au cœur. Ce regard à faire fondre la glace. L'amour. Elle chercha son Roméo en vain jusqu'au diner, et s'aperçut qu'il était plus près qu'elle ne le croyait : Monsieur était l'écrivain du bateau. Il était chargé par les hommes riches et stupides de relater leurs pseudos-exploits à bord du navire. Logeant dans les deuxièmes classes, ce fut sans mal que Constance le retrouva... Et que tout s'enchaina. Il lui écrivit, l'embrassa tendrement... Lui non plus n'avait pas été insensible à ses charmes, quelques temps auparavant. Cette nuit serait la nuit. Et il donnerait tout pour cette si fragile et délicate créature qu'il détenait désormais entre ses bras.